"Notre objectif en termes de réduction de nos émissions est considérable, d'autant que depuis 1990, c'est le plus facile qui a été réalisé. Désormais, il va nous falloir une approche différente et plus ambitieuse", a expliqué le ministre. "Au cours des 2 années à venir, nous allons mener un travail participatif, avec la population, puisque la question du transport concerne avant tout le transport de personnes, mais aussi avec les secteurs concernés. Cette mobilisation générale devrait aboutir, fin 2021, à un plan d'action crédible devant nous permettre d'atteindre nos objectifs environnementaux, qui ne sont que la traduction wallonne de ce que tout le monde devrait faire pour contenir les risques climatiques", a-t-il poursuivi.

"Une remise en question fondamental du modèle actuel est indispensable", a encore assuré Philippe Henry. Néanmoins, cette remise en question ne passera pas, en Wallonie, par l'introduction d'une taxe kilométrique, telle que prônée par la Région bruxelloise. "Les réalités bruxelloises et wallonnes sont différentes. Au sud du pays, nous avons choisi d'autres voies, passant notamment par la création d'une offre de transport alternative grâce à des investissements massifs dans les transports en commun et dans les réseaux cyclables", a-t-il rappelé.

"Mais nous allons dialoguer avec les autres Régions puisque nos objectifs sont communs: il s'agit avant tout de faire baisser le nombre de véhicules pour une meilleure mobilité et une meilleure qualité de l'air. Il faudra juste voir comment tout cela va s'enclencher dans les mois à venir", a souligné le ministre en appelant enfin "à se mettre au travail pour parvenir à des mesures concrètes". "C'est mon objectif pour les 2 prochaines années", a-t-il conclu.

Plus tôt dans la journée, l'UWE avait elle-même appelé les entités fédérées du pays à "une réflexion collective sur les projets de prélèvement kilométrique et de fiscalité automobile intelligente". Elle avait par ailleurs plaidé pour que le gouvernement régional poursuive ses actions en faveur du développement des voies d'eau, intervienne dans le fret ferroviaire et accorde une attention particulière au fret aéroportuaire.