A la question de savoir s'il allait se faire "gronder" par la Première ministre, M. Close a répondu que "les institutions devaient être respectées, c'est ce qu'attend la population". Il a assuré qu'il allait voir Mme Wilmès avec "l'esprit serein".

Quelques minutes plus tard, le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, est également arrivé au cabinet de la Première ministre.

La manifestation de dimanche en hommage à George Floyd, place Poelaert à Bruxelles, a été autorisée par le bourgmestre. Elle suscité la polémique en raison du grand nombre de personnes présentes, dans le contexte actuel de crise sanitaire.

Certains syndicats de police se sont par ailleurs insurgés des violences dont ont fait l'objet les forces de l'ordre à l'issue du rassemblement et mis en cause M. Close.

Le chef de corps de la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles a lui pris la défense du bourgmestre, indiquant lundi via Twitter qu'il "démentait fermement" que Philippe Close ait "donné l'ordre de ne pas intervenir ou de le faire tardivement". "La décision d'intervenir, la manière de le faire et l'exécution des ordres reviennent au commandement dont en tant que chef de corps je porte l'entière responsabilité", a précisé M. Goovaerts.

A la question de savoir s'il allait se faire "gronder" par la Première ministre, M. Close a répondu que "les institutions devaient être respectées, c'est ce qu'attend la population". Il a assuré qu'il allait voir Mme Wilmès avec "l'esprit serein". Quelques minutes plus tard, le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, est également arrivé au cabinet de la Première ministre. La manifestation de dimanche en hommage à George Floyd, place Poelaert à Bruxelles, a été autorisée par le bourgmestre. Elle suscité la polémique en raison du grand nombre de personnes présentes, dans le contexte actuel de crise sanitaire. Certains syndicats de police se sont par ailleurs insurgés des violences dont ont fait l'objet les forces de l'ordre à l'issue du rassemblement et mis en cause M. Close. Le chef de corps de la zone de Bruxelles-Capitale-Ixelles a lui pris la défense du bourgmestre, indiquant lundi via Twitter qu'il "démentait fermement" que Philippe Close ait "donné l'ordre de ne pas intervenir ou de le faire tardivement". "La décision d'intervenir, la manière de le faire et l'exécution des ordres reviennent au commandement dont en tant que chef de corps je porte l'entière responsabilité", a précisé M. Goovaerts.