Que M. Mertens ne soit pas candidat à sa succession pour cinq années supplémentaires semble surprenant. Les sondages laissent à penser que le parti poursuivra sa croissance en 2024. M. Mertens pourrait donc récolter les fruits de son opération de renouvellement du parti, dont il était la figure depuis 2008.

La coordination quotidienne de ce parti qui ne cesse de croître demande cependant beaucoup de temps si bien que M. Mertens juge qu'il peut de moins en moins se consacrer à la stratégie à long terme, explique-t-il dans De Standaard. M. Mertens entend toutefois rester actif au sein du parti et à l'échelon national en tant que député.

Avec le départ en vue de M. Mertens, une importante élection du prochain président aura donc lieu lors du congrès statutaire du parti le 5 décembre. Une procédure interne est en cours qui aboutira probablement à la nomination d'un seul candidat. Les noms de David Pestieau et Raoul Hedebouw, entre autres, sont passés en revue.

Que M. Mertens ne soit pas candidat à sa succession pour cinq années supplémentaires semble surprenant. Les sondages laissent à penser que le parti poursuivra sa croissance en 2024. M. Mertens pourrait donc récolter les fruits de son opération de renouvellement du parti, dont il était la figure depuis 2008.La coordination quotidienne de ce parti qui ne cesse de croître demande cependant beaucoup de temps si bien que M. Mertens juge qu'il peut de moins en moins se consacrer à la stratégie à long terme, explique-t-il dans De Standaard. M. Mertens entend toutefois rester actif au sein du parti et à l'échelon national en tant que député. Avec le départ en vue de M. Mertens, une importante élection du prochain président aura donc lieu lors du congrès statutaire du parti le 5 décembre. Une procédure interne est en cours qui aboutira probablement à la nomination d'un seul candidat. Les noms de David Pestieau et Raoul Hedebouw, entre autres, sont passés en revue.