Actuellement, l'interdiction de circulation dans la zone infectée empêche les forestiers d'exercer leur métier, ce qui entraîne un grand manque à gagner. Afin de leur permettre de reprendre du service, le ministre Collin entend tout d'abord réduire la zone impactée en collaboration avec les chasseurs et le Département de la Nature et des Forêts (DNF).

"Nous allons tout faire pour identifier le foyer de la peste au plus vite. L'objectif est de passer de 63.000 à environ 12.000 hectares, voire moins", a-t-il expliqué. "Une fois le périmètre réduit, nous ferons en sorte que les forestiers puissent à nouveau évoluer sur le reste de la zone circonscrite actuellement."

L'autre problème pour les forestiers concerne les résineux atteints de scolyte, un insecte destructeur pour les arbres. Quelque 2.500 hectares sont concernés, avec de forts risques de propagation. La mise en place d'un groupe de travail (task force) regroupant l'administration, l'Office économique wallon du Bois (OEWB) et les fédérations professionnelles aura pour objectif d'endiguer le phénomène.

"Nous voulons à tout prix récolter l'ensemble des bois contaminés pour le printemps prochain", a précisé M. Collin (cdH). "Nous allons proposer un plan en ce sens et faire en sorte de valoriser au mieux les arbres concernés."

Le ministre Denis Ducarme se réunira mercredi matin pour consulter le secteur porcin

Par ailleurs, le ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme rencontrera des représentants du secteur de la viande porcine mercredi matin, annonce son cabinet lundi. Il se veut ainsi rassurant après l'inquiétude qu'a suscitée sa décision d'abattre les porcs domestiques élevés dans la zone de sécurité, où neuf cadavres de sangliers contaminés par la peste porcine africaine (PPA) ont été découverts depuis une dizaine de jours.

La concertation se tiendra mercredi à 10h30 au cabinet du ministre, en présence notamment du ministre wallon de l'Agriculture René Collin, du syndicat flamand Algemeen Boerensyndicaat (ABS) et de la Fédération wallonne de l'Agriculture (FWA). Elle fera suite à une réunion interministérielle de politique agricole déjà annoncée. Denis Ducarme espère pouvoir communiquer au secteur porcin l'ensemble des détails relatifs aux indemnisations prévues par le Fonds fédéral de Santé animale dans le cadre de son arrêté ministériel.

Avec l'euthanasie préventive de quelque 4.000 porcs situés dans la zone infectée en Wallonie, "nous prenons une mesure préventive à l'égard des milliers d'exploitations qui élèvent pas moins de 6 millions de porcs dans notre pays", assure le ministre fédéral. "Si ce secteur perdait le statut 'exempt de PPA', il devrait faire face à des conséquences sociales et économiques extrêmement difficiles pour un des piliers de notre agriculture." Le secteur porcin belge représente 15.000 emplois directs et 4.039 exploitations sur l'ensemble du pays.