Actuellement, l'interdiction de circulation dans la zone infectée empêche les forestiers d'exercer leur métier, ce qui entraîne un grand manque à gagner. Afin de leur permettre de reprendre du service, le ministre Collin entend tout d'abord réduire la zone impactée en collaboration avec les chasseurs et le Département de la Nature et des Forêts (DNF).

"Nous allons tout faire pour identifier le foyer de la peste au plus vite. L'objectif est de passer de 63.000 à environ 12.000 hectares, voire moins", a-t-il expliqué. "Une fois le périmètre réduit, nous ferons en sorte que les forestiers puissent à nouveau évoluer sur le reste de la zone circonscrite actuellement.

"L'autre problème pour les forestiers concerne les résineux atteints de scolyte, un insecte destructeur pour les arbres. Quelque 2.500 hectares sont concernés, avec de forts risques de propagation.

La mise en place d'un groupe de travail (task force) regroupant l'administration, l'Office économique wallon du Bois (OEWB) et les fédérations professionnelles aura pour objectif d'endiguer le phénomène.

"Nous voulons à tout prix récolter l'ensemble des bois contaminés pour le printemps prochain", a précisé M. Collin (cdH). "Nous allons proposer un plan en ce sens et faire en sorte de valoriser au mieux les arbres concernés."

Actuellement, l'interdiction de circulation dans la zone infectée empêche les forestiers d'exercer leur métier, ce qui entraîne un grand manque à gagner. Afin de leur permettre de reprendre du service, le ministre Collin entend tout d'abord réduire la zone impactée en collaboration avec les chasseurs et le Département de la Nature et des Forêts (DNF). "Nous allons tout faire pour identifier le foyer de la peste au plus vite. L'objectif est de passer de 63.000 à environ 12.000 hectares, voire moins", a-t-il expliqué. "Une fois le périmètre réduit, nous ferons en sorte que les forestiers puissent à nouveau évoluer sur le reste de la zone circonscrite actuellement."L'autre problème pour les forestiers concerne les résineux atteints de scolyte, un insecte destructeur pour les arbres. Quelque 2.500 hectares sont concernés, avec de forts risques de propagation. La mise en place d'un groupe de travail (task force) regroupant l'administration, l'Office économique wallon du Bois (OEWB) et les fédérations professionnelles aura pour objectif d'endiguer le phénomène. "Nous voulons à tout prix récolter l'ensemble des bois contaminés pour le printemps prochain", a précisé M. Collin (cdH). "Nous allons proposer un plan en ce sens et faire en sorte de valoriser au mieux les arbres concernés."