Délimitée après la découverte de quinze cadavres de sangliers infestés par la peste porcine africaine (PPA) en province du Luxembourg, la zone sécurisée sera bientôt exempte de cochons tant domestiques que sauvages. La Fédération unie de groupements d'éleveurs et d'agriculteurs (Fugea) critiquait lundi la décision d'abattre les porcs d'élevage sains à l'intérieur du périmètre sécurisé, alors que les sangliers, source du virus, n'étaient pas concernés par la mesure.

"Ce sont des snipers du Département de la Nature et des Forêts qui se chargeront de tuer les sangliers", a précisé Yvan Hayez, secrétaire général de la FWA.

Selon la FWA, les animaux seront abattus dans un délai de cinq jours après la signature de l'arrêté du ministre fédéral de l'Agriculture Denis Ducarme. "Il n'y a pas de raison sanitaire d'attendre et c'est aussi une question de bien-être animal puisque les bêtes ne peuvent pas être envoyées à l'abattoir et sont confinées dans les exploitations", explique M. Hayez.

Ce dernier estime cependant qu'une réflexion plus large est nécessaire à propos de la surpopulation de sangliers en Belgique. "En 20 ans, leur nombre a quadruplé, sans qu'on en tue plus."