Justin a passé son permis théorique pour la première fois en 2015. Il avait choisi de pratiquer la conduite en filière libre, mais ne roulait finalement pas assez souvent et son permis théorique a expiré. Il a donc repassé son permis en avril 2019, lorsque l'introduction des fautes graves et le test de perception des risques avaient déjà été mis en place.

Selon lui, l'ajout de la notion de faute grave n'a pas rendu l'examen plus compliqué, et le test de perception des risques s'est avéré moins dur que ce qu'il imaginait. Cependant, Justin avoue que selon lui, faire passer le test de perception des risques est inutile. "On nous demande de réaliser un test sur un ordinateur alors que nous sommes déjà plongés dans des situations comme celles-là tout au long des 20 heures de cours de conduite, ce n'est pas nécessaire d'ajouter un test électronique. Passer le test sur un ordinateur avant les 20 heures de conduite serait plus logique, mais le passer après n'a aucun sens", nous confie-t-il.

La réussite dépend en grande partie du moniteur

Pour sa formation de conduite, Justin a choisi de passer par une auto-école. "J'ai choisi de faire mes 20 heures en auto-école. J'ai eu beaucoup de chance parce que je suis tombé sur une très chouette monitrice, elle m'a beaucoup appris et m'a aidé à avoir confiance en moi sur la route", explique-t-il. Il ajoute que certains de ses amis n'ont pas eu cette chance.

Sabrina par exemple, a eu une expérience totalement différente. En effet, la jeune fille a dû changer trois fois de moniteur avant d'en trouver un avec lequel elle se sentait à son aise. "J'ai dû changer trois fois de professeur. Mon troisième moniteur était super, mais les deux précédents l'étaient beaucoup moins. Au début, je ne savais pas si c'était moi le problème ou si c'était eux. C'est déjà stressant d'apprendre à conduire, mais si la personne à côté de vous ne vous met pas à l'aise et fait grandir le stress, les conditions ne sont vraiment pas bonnes pour apprendre", nous explique-t-elle. Comme Justin, Sabrina explique qu'e "ajouter un test de perception des risques en plus de tout ça est totalement inutile. Ce n'est pas du tout la même chose qu'en condition réelle et il n'y a pas meilleur entraînement que d'apprendre sur la route."

Justin a réussi ses examens du premier coup, tandis que Sabrina a dû faire face à plusieurs difficultés. "Je pense que l'exigence dépend vraiment des moniteurs. Mon premier échec à l'examen pratique était justifié, mais je ne trouve pas que mon deuxième et mon troisième l'étaient. Ils cherchaient la petite bête", dit-elle. C'est finalement à son quatrième essai que Sabrina obtient son permis pratique.

Des prix beaucoup trop élevés

Malgré leurs expériences différentes, Justin et Sabrina sont d'accord sur un point: le prix à payer pour obtenir le permis de conduire est beaucoup trop élevé. "J'ai payé environ 1000 euros pour mon permis théorique, mes cours de pratique, mon test de perception des risques et mon examen pratique. Pour un jeune qui doit payer son permis lui-même, c'est un montant énorme", nous confie Justin. Sabrina, quant à elle, a dû payer le double de son ami. "Ils devraient faire des prix pour les élèves qui prennent beaucoup d'heures d'auto-école. J'ai dû prendre énormément d'heures en plus, car ils ne me jugeaient jamais assez prête, j'ai dépensé une somme astronomique. J'ai payé environ 2600 euros. Les prix sont beaucoup trop élevés, c'est à limite du chantage. Ils savent qu'ils ont une emprise sur les élèves et qu'on est obligé de payer si on veut réussir."

Selon les deux jeunes, l'examen théorique, l'apprentissage en auto-école et l'examen pratique sont indispensables. Quant à la formation aux premiers soins de secours, ils pensent tous les deux que cette nouveauté est une bonne chose. Mais en ce qui concerne le test de perception des risques, ils considèrent cet ajout comme une perte d'argent.

Auteure: Margaux Glamocic

Justin a passé son permis théorique pour la première fois en 2015. Il avait choisi de pratiquer la conduite en filière libre, mais ne roulait finalement pas assez souvent et son permis théorique a expiré. Il a donc repassé son permis en avril 2019, lorsque l'introduction des fautes graves et le test de perception des risques avaient déjà été mis en place. Selon lui, l'ajout de la notion de faute grave n'a pas rendu l'examen plus compliqué, et le test de perception des risques s'est avéré moins dur que ce qu'il imaginait. Cependant, Justin avoue que selon lui, faire passer le test de perception des risques est inutile. "On nous demande de réaliser un test sur un ordinateur alors que nous sommes déjà plongés dans des situations comme celles-là tout au long des 20 heures de cours de conduite, ce n'est pas nécessaire d'ajouter un test électronique. Passer le test sur un ordinateur avant les 20 heures de conduite serait plus logique, mais le passer après n'a aucun sens", nous confie-t-il. Pour sa formation de conduite, Justin a choisi de passer par une auto-école. "J'ai choisi de faire mes 20 heures en auto-école. J'ai eu beaucoup de chance parce que je suis tombé sur une très chouette monitrice, elle m'a beaucoup appris et m'a aidé à avoir confiance en moi sur la route", explique-t-il. Il ajoute que certains de ses amis n'ont pas eu cette chance. Sabrina par exemple, a eu une expérience totalement différente. En effet, la jeune fille a dû changer trois fois de moniteur avant d'en trouver un avec lequel elle se sentait à son aise. "J'ai dû changer trois fois de professeur. Mon troisième moniteur était super, mais les deux précédents l'étaient beaucoup moins. Au début, je ne savais pas si c'était moi le problème ou si c'était eux. C'est déjà stressant d'apprendre à conduire, mais si la personne à côté de vous ne vous met pas à l'aise et fait grandir le stress, les conditions ne sont vraiment pas bonnes pour apprendre", nous explique-t-elle. Comme Justin, Sabrina explique qu'e "ajouter un test de perception des risques en plus de tout ça est totalement inutile. Ce n'est pas du tout la même chose qu'en condition réelle et il n'y a pas meilleur entraînement que d'apprendre sur la route."Justin a réussi ses examens du premier coup, tandis que Sabrina a dû faire face à plusieurs difficultés. "Je pense que l'exigence dépend vraiment des moniteurs. Mon premier échec à l'examen pratique était justifié, mais je ne trouve pas que mon deuxième et mon troisième l'étaient. Ils cherchaient la petite bête", dit-elle. C'est finalement à son quatrième essai que Sabrina obtient son permis pratique. Malgré leurs expériences différentes, Justin et Sabrina sont d'accord sur un point: le prix à payer pour obtenir le permis de conduire est beaucoup trop élevé. "J'ai payé environ 1000 euros pour mon permis théorique, mes cours de pratique, mon test de perception des risques et mon examen pratique. Pour un jeune qui doit payer son permis lui-même, c'est un montant énorme", nous confie Justin. Sabrina, quant à elle, a dû payer le double de son ami. "Ils devraient faire des prix pour les élèves qui prennent beaucoup d'heures d'auto-école. J'ai dû prendre énormément d'heures en plus, car ils ne me jugeaient jamais assez prête, j'ai dépensé une somme astronomique. J'ai payé environ 2600 euros. Les prix sont beaucoup trop élevés, c'est à limite du chantage. Ils savent qu'ils ont une emprise sur les élèves et qu'on est obligé de payer si on veut réussir." Selon les deux jeunes, l'examen théorique, l'apprentissage en auto-école et l'examen pratique sont indispensables. Quant à la formation aux premiers soins de secours, ils pensent tous les deux que cette nouveauté est une bonne chose. Mais en ce qui concerne le test de perception des risques, ils considèrent cet ajout comme une perte d'argent. Auteure: Margaux Glamocic