"J'entends certains dire: 'nous faisons des ouvertures', eh bien, qu'ils le démontrent! Les positions du PS, elles, sont claires et connues de tous", a-t-il lancé à l'occasion des voeux du Nouvel An du PS, organisés à Obaix (Pont-à-Celles). "Nous attendons maintenant des autres formations politiques qu'elles fassent preuve de la même clarté. Il ne suffit pas de dire qu'on est prêt à prendre des responsabilités, à faire des soi-disant ouvertures quand on se sent isolés; il faut dire devant l'ensemble des citoyens comment on va s'y prendre, et qu'on parle enfin du fond pour relever les défis de notre temps", a-t-il ajouté.

Le socialiste en appelle "à tous les élus démocrates et responsables pour que cessent les manoeuvres dilatoires". "Nous savons que certains feront tout pour empêcher la formation d'un gouvernement, parce que leur seul but est de montrer que la Belgique ne fonctionne pas, pour préparer son démantèlement. Cette attitude est scandaleuse", a-t-il insisté.

"On attend le CD&V"

Paul Magnette continue de considérer que le discours de Bart De Wever samedi soir à Malines, qui a entraîné une prolongation de quinze jours de la mission des informateurs royaux afin de clarifier la situation, relève du "bluff". "On attend le CD&V", a-t-il ajouté à quelques journalistes présents, dans une allusion à la coalition "Vivaldi" (socialistes, libéraux, écologistes et CD&V) que l'arrimage des chrétiens-démocrates flamands à la N-VA ne permet pas de lancer.

Il relativise aussi les propos de quelques personnalités du sp.a ayant pris leurs distances avec le PS ces derniers jours. "Il y a des voix ici et là qui émettent des opinions personnelles, ça arrive dans tous les partis, mais ce n'est pas la position du sp.a que nous connaissons."

"Ils ne réussiront jamais à diviser le socialisme"

Pour preuve de la solidité des liens entre socialistes du nord et du sud du pays, M. Magnette avait invité le nouveau président du sp.a Conner Rousseau. "Nous sommes deux partis, mais nous formons aussi une famille, qui partage les mêmes valeurs et les mêmes combats. Et nous sommes aussi, certains ont tendance à l'oublier, la première famille politique du pays", a martelé le bourgmestre de Charleroi.

© Belga

"J'ai un message à ceux qui essaient de diviser les gens et le pays: ils ne réussiront jamais! J'ai aussi pour eux ce message: ils ne réussiront jamais à diviser le socialisme", a affirm le président du sp.a Conner Rousseau.

Apporter des solutions sociales aux questions des pensions, des soins de santé, du climat ou de la sécurité "n'est possible qu'avec deux partis socialistes les plus forts possibles", a affirmé M. Rousseau dans un discours en français.

Le jeune président de parti (27 ans) a appelé à se montrer constructifs et à "parler avec tout le monde", mais à le faire "surtout sur base de contenus, car le futur du pays est en jeu".

"J'entends certains dire: 'nous faisons des ouvertures', eh bien, qu'ils le démontrent! Les positions du PS, elles, sont claires et connues de tous", a-t-il lancé à l'occasion des voeux du Nouvel An du PS, organisés à Obaix (Pont-à-Celles). "Nous attendons maintenant des autres formations politiques qu'elles fassent preuve de la même clarté. Il ne suffit pas de dire qu'on est prêt à prendre des responsabilités, à faire des soi-disant ouvertures quand on se sent isolés; il faut dire devant l'ensemble des citoyens comment on va s'y prendre, et qu'on parle enfin du fond pour relever les défis de notre temps", a-t-il ajouté.Le socialiste en appelle "à tous les élus démocrates et responsables pour que cessent les manoeuvres dilatoires". "Nous savons que certains feront tout pour empêcher la formation d'un gouvernement, parce que leur seul but est de montrer que la Belgique ne fonctionne pas, pour préparer son démantèlement. Cette attitude est scandaleuse", a-t-il insisté. Paul Magnette continue de considérer que le discours de Bart De Wever samedi soir à Malines, qui a entraîné une prolongation de quinze jours de la mission des informateurs royaux afin de clarifier la situation, relève du "bluff". "On attend le CD&V", a-t-il ajouté à quelques journalistes présents, dans une allusion à la coalition "Vivaldi" (socialistes, libéraux, écologistes et CD&V) que l'arrimage des chrétiens-démocrates flamands à la N-VA ne permet pas de lancer. Il relativise aussi les propos de quelques personnalités du sp.a ayant pris leurs distances avec le PS ces derniers jours. "Il y a des voix ici et là qui émettent des opinions personnelles, ça arrive dans tous les partis, mais ce n'est pas la position du sp.a que nous connaissons." Pour preuve de la solidité des liens entre socialistes du nord et du sud du pays, M. Magnette avait invité le nouveau président du sp.a Conner Rousseau. "Nous sommes deux partis, mais nous formons aussi une famille, qui partage les mêmes valeurs et les mêmes combats. Et nous sommes aussi, certains ont tendance à l'oublier, la première famille politique du pays", a martelé le bourgmestre de Charleroi. "J'ai un message à ceux qui essaient de diviser les gens et le pays: ils ne réussiront jamais! J'ai aussi pour eux ce message: ils ne réussiront jamais à diviser le socialisme", a affirm le président du sp.a Conner Rousseau. Apporter des solutions sociales aux questions des pensions, des soins de santé, du climat ou de la sécurité "n'est possible qu'avec deux partis socialistes les plus forts possibles", a affirmé M. Rousseau dans un discours en français. Le jeune président de parti (27 ans) a appelé à se montrer constructifs et à "parler avec tout le monde", mais à le faire "surtout sur base de contenus, car le futur du pays est en jeu".