"Au fédéral, nous attendons l'initiative du Roi mais nous disons clairement une chose: on ne peut pas faire un gouvernement sans majorité en Flandre. Nous n'allons jamais permettre cela", a dit M. De Wever devant les militants de son parti.

Le président du premier parti flamand a parlé sans détour: la N-VA a perdu les élections et il y a un grand gagnant en Flandre, c'est le Vlaams Belang, que M. De Wever a félicité.

"L'électeur flamand a parlé et, en démocratie, l'électeur a toujours raison", a-t-il ajouté, tout en soulignant que le jeu était particulièrement compliqué. "La Flandre a voté au centre-droit et à droite. Et national-flamand, plus que jamais. La Belgique francophone choisit au contraire d'aller beaucoup plus à gauche. Jamais, ces réalités n'ont été aussi éloignées les unes des autres".

A l'échelon flamand, où il appartient à la N-VA de former un gouvernement, celle-ci "prendra l'initiative d'inviter tous les partis flamands, car la Flandre a besoin d'un gouvernement fort", a expliqué M. De Wever.

A cette heure, la N-VA n'exclut donc pas de discuter avec le Vlaams Belang.

"Au fédéral, nous attendons l'initiative du Roi mais nous disons clairement une chose: on ne peut pas faire un gouvernement sans majorité en Flandre. Nous n'allons jamais permettre cela", a dit M. De Wever devant les militants de son parti. Le président du premier parti flamand a parlé sans détour: la N-VA a perdu les élections et il y a un grand gagnant en Flandre, c'est le Vlaams Belang, que M. De Wever a félicité. "L'électeur flamand a parlé et, en démocratie, l'électeur a toujours raison", a-t-il ajouté, tout en soulignant que le jeu était particulièrement compliqué. "La Flandre a voté au centre-droit et à droite. Et national-flamand, plus que jamais. La Belgique francophone choisit au contraire d'aller beaucoup plus à gauche. Jamais, ces réalités n'ont été aussi éloignées les unes des autres". A l'échelon flamand, où il appartient à la N-VA de former un gouvernement, celle-ci "prendra l'initiative d'inviter tous les partis flamands, car la Flandre a besoin d'un gouvernement fort", a expliqué M. De Wever. A cette heure, la N-VA n'exclut donc pas de discuter avec le Vlaams Belang.