Les pompiers ont mené une action vendredi alors que le Comité restreint se réunissait sur la mise en oeuvre de la réforme des pensions. Malgré tout, le gouvernement a décidé que les pompiers ne bénéficieront pas d'une exception à la règle générale. On touchera également à la disposition particulière existant dans certaines communes qui permet aux pompiers de partir à 56 ans. Dans ces communes, l'âge sera porté à 58 ans.

Il y aura toutefois une concertation avec les communes sur la façon de mettre la mesure en oeuvre. Les pompiers pourraient être utilisés à d'autres tâches que les interventions, disait-on encore.

La proposition des ministres sera examinée lundi

La délégation des pompiers qui a été reçue ce matin par les ministres de l'Intérieur Joëlle Milquet et des Pensions Vincent Van Quickenborne a indiqué, à l'issue de la rencontre, que les propositions qui leur ont été formulées et qui doivent encore leur être transmises par écrit, seront discutées lundi en front commun syndical SLFP-CSC-CGSP et probablement rejetées.

Dans les grandes lignes, les deux ministres ont proposé de ne pas allonger l'âge de la pension dans un premier temps, a déclaré Eric Labourdette, dirigeant responsable du SLFP-SIAMU, ajoutant qu'il n'était pas pour autant satisfait. En effet, ce maintien de la pension à 60 ans est soumis à la condition de faire passer l'âge minimum pour les congés préalables de 56 ans aujourd'hui à 58 ans d'ici 2014.

Et pour 2018-2019, la pension à 60 ans ne voudrait plus que pour les pompiers ayant au moins 40 ans de carrière. "Pour nous, SLFP-VSOA, c'est non à cette proposition. Nous voulons rester à la situation actuelle", a commenté M. Labourdette, n'excluant pas de prochaines actions "imprévisibles et plus visibles", auxquelles pourrait se joindre la Protection civile.

Même son de cloche à la CSC Services publics, où l'on entend maintenir la pression. "Il y va de la sécurité des citoyens et des travailleurs. Il est inhumain de continuer à les faire monter au feu à cet âge-là", a conclu Patrice De Brandt, permanent syndical.

De nouvelles actions sont donc à prévoir dans les prochains jours. "Nous allons poursuivre la pression. Il y va de la sécurité des citoyens et des travailleurs. Il est inhumain de continuer à les faire monter au feu à cet âge-là. Joëlle Milquet semble se battre contre un gouvernement et être la seule", a réagi pour sa part Patrice De Brandt, permanent syndical de la CSC Services publics.

Peu avant 13h00, le blocage a été levé, les véhicules de pompiers quittant les lieux, et la rue de la Loi a été rendue à la circulation.

Dans une réaction diffusée vendredi après-midi, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans, a jugé inacceptable le non-respect par les manifestants de la zone neutre. Une auto-pompe stationnée à proximité n'est pas entrée en action, a constaté Belga.

M. Thielemans demande aux pompiers "de se ressaisir et de respecter les règles fixées pour tous les citoyens. J'en appelle à la responsabilité des délégués syndicaux afin que cet incident reste isolé", a-t-il dit.

En Belgique, on compte actuellement 5.000 pompiers professionnels.

Le Vif.be, avec Belga

Les pompiers ont mené une action vendredi alors que le Comité restreint se réunissait sur la mise en oeuvre de la réforme des pensions. Malgré tout, le gouvernement a décidé que les pompiers ne bénéficieront pas d'une exception à la règle générale. On touchera également à la disposition particulière existant dans certaines communes qui permet aux pompiers de partir à 56 ans. Dans ces communes, l'âge sera porté à 58 ans. Il y aura toutefois une concertation avec les communes sur la façon de mettre la mesure en oeuvre. Les pompiers pourraient être utilisés à d'autres tâches que les interventions, disait-on encore. La proposition des ministres sera examinée lundi La délégation des pompiers qui a été reçue ce matin par les ministres de l'Intérieur Joëlle Milquet et des Pensions Vincent Van Quickenborne a indiqué, à l'issue de la rencontre, que les propositions qui leur ont été formulées et qui doivent encore leur être transmises par écrit, seront discutées lundi en front commun syndical SLFP-CSC-CGSP et probablement rejetées. Dans les grandes lignes, les deux ministres ont proposé de ne pas allonger l'âge de la pension dans un premier temps, a déclaré Eric Labourdette, dirigeant responsable du SLFP-SIAMU, ajoutant qu'il n'était pas pour autant satisfait. En effet, ce maintien de la pension à 60 ans est soumis à la condition de faire passer l'âge minimum pour les congés préalables de 56 ans aujourd'hui à 58 ans d'ici 2014. Et pour 2018-2019, la pension à 60 ans ne voudrait plus que pour les pompiers ayant au moins 40 ans de carrière. "Pour nous, SLFP-VSOA, c'est non à cette proposition. Nous voulons rester à la situation actuelle", a commenté M. Labourdette, n'excluant pas de prochaines actions "imprévisibles et plus visibles", auxquelles pourrait se joindre la Protection civile. Même son de cloche à la CSC Services publics, où l'on entend maintenir la pression. "Il y va de la sécurité des citoyens et des travailleurs. Il est inhumain de continuer à les faire monter au feu à cet âge-là", a conclu Patrice De Brandt, permanent syndical. De nouvelles actions sont donc à prévoir dans les prochains jours. "Nous allons poursuivre la pression. Il y va de la sécurité des citoyens et des travailleurs. Il est inhumain de continuer à les faire monter au feu à cet âge-là. Joëlle Milquet semble se battre contre un gouvernement et être la seule", a réagi pour sa part Patrice De Brandt, permanent syndical de la CSC Services publics. Peu avant 13h00, le blocage a été levé, les véhicules de pompiers quittant les lieux, et la rue de la Loi a été rendue à la circulation. Dans une réaction diffusée vendredi après-midi, le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Freddy Thielemans, a jugé inacceptable le non-respect par les manifestants de la zone neutre. Une auto-pompe stationnée à proximité n'est pas entrée en action, a constaté Belga. M. Thielemans demande aux pompiers "de se ressaisir et de respecter les règles fixées pour tous les citoyens. J'en appelle à la responsabilité des délégués syndicaux afin que cet incident reste isolé", a-t-il dit. En Belgique, on compte actuellement 5.000 pompiers professionnels. Le Vif.be, avec Belga