Le président du parti du Premier ministre Charles Michel a indiqué que ce dernier a été très clair jeudi à la Chambre: la Belgique soutiendra le pacte des Nations unies sur les migrations.

"Il faut quand même rétablir certaines vérités: la N-VA a avalisé cet accord belge, tout le monde chez eux a soutenu ce processus, depuis le ministre-président flamand Geert Bourgeous jusqu'aux ministres N-VA du gouvernement belge, donc on peut essayer de raconter n'importe quoi pour plaire à son opinion publique mais ça ne tient pas la route, il y a bien un accord au sein du gouvernement fédéral", pointe M. Chastel.

"La N-VA est au pied du mur : ils doivent prendre leurs responsabilités"

"La Belgique a toujours été du côté de la coopération multilatérale (au niveau des problèmes internationaux", souligne le président du MR.

"La N-VA est au pied du mur: ils doivent prendre leurs responsabilités, ce n'est plus possible de jouer sur deux tableaux. Soit ils poursuivent leur campagne électorale sur l'immigration, soit ils mettent en avant leur sens des responsabilités par rapport à tout ce que ce gouvernement projetait encore de faire d'ici la fin de la législature, notamment dans les thématiques socio-économiques. C'est un dilemme terrible pour la N-VA parce que je peux vous dire que le tissu économique flamand qui s'est rangé derrière la N-VA trouverait fou de mettre à terre un gouvernement qui a dopé les entreprises, le pouvoir d'achat et relancé la consommation", a encore commenté M. Chastel.