Cette réunion est prévue samedi et sera consacrée au Pacte des migrations qui déchire la majorité fédérale. Les noms de Mme Le Pen et de M. Bannon ne figuraient pas dans la demande adressée par le parti d'extrême-droite au parlement flamand. L'assemblée a donc réuni son Bureau qui a donné son feu vert à ce meeting au nom de la liberté d'expression. La demande d'accueillir 500 invités au lieu des 300 annoncés a en revanche été rejetée. Ce n'est pas la première fois que des personnalités d'extrême-droite s'expriment au parlement flamand à l'invitation du Vlaams Belang. Le Néerlandais Geert Wilders s'y est rendu en mars 2016. En septembre 2015, Mme Le Pen était également venue.