Les deux ministres communautaires en charge de l'Enseignement supérieur et la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block se rencontreront demain/vendredi pour évoquer la problématique des numéros Inami, dont la moitié des étudiants francophones en dernière année de médecine et dentisterie pourraient être privés en juin prochain. Le Conseil de la jeunesse, l'Unécof et le CIUM appellent les ministres à trouver rapidement une solution garantissant à très court terme "une immunisation des étudiants en dernière année de médecine", "la mise en place, dans le cursus de médecine, d'une sélection flexible calquée sur des quotas fédéraux représentant les besoins pour la population", et à régler le problème par le biais d'un dernier lissage positif permettant de rassurer l'ensemble des étudiants en cours de cursus tout en adaptant les quotas fédéraux après la finalisation du cadastre des médecins. Les trois associations, bien qu'initialement peu partisanes d'un système de sélection, sont ainsi prêtes à défendre, dans le cadre d'une planification adéquate de l'offre médicale, un système de sélection flexible au début du cursus, mais différé de l'inscription.

Les deux ministres communautaires en charge de l'Enseignement supérieur et la ministre fédérale de la Santé Maggie De Block se rencontreront demain/vendredi pour évoquer la problématique des numéros Inami, dont la moitié des étudiants francophones en dernière année de médecine et dentisterie pourraient être privés en juin prochain. Le Conseil de la jeunesse, l'Unécof et le CIUM appellent les ministres à trouver rapidement une solution garantissant à très court terme "une immunisation des étudiants en dernière année de médecine", "la mise en place, dans le cursus de médecine, d'une sélection flexible calquée sur des quotas fédéraux représentant les besoins pour la population", et à régler le problème par le biais d'un dernier lissage positif permettant de rassurer l'ensemble des étudiants en cours de cursus tout en adaptant les quotas fédéraux après la finalisation du cadastre des médecins. Les trois associations, bien qu'initialement peu partisanes d'un système de sélection, sont ainsi prêtes à défendre, dans le cadre d'une planification adéquate de l'offre médicale, un système de sélection flexible au début du cursus, mais différé de l'inscription.