Parce que votre famille a connu la guerre, on parle souvent de votre résilience quand vous retournez une situation désespérée sur le court. Est-ce une bonne explication ?

Oui, c'est un peu inscrit dans mon ADN, du fait de la culture serbe et balkanique, de notre histoire et de ce que nous avons traversé, des guerres et de notre place entre l'Est et l'Ouest. Les gens de cette région ont développé une sorte de besoin existentiel de combat. Et j'ai vécu dans mon enfance des choses bien différentes de certains de mes rivaux... Avec le recul, tout cela m'a endurci, m'a aidé à savoir ce que je veux et à apprécier ce que la vie me donne. Ce passé m'a donné plus faim qu'à d'autres.
...