Les fiches prévues pour l'épreuve menée auprès de tous les élèves de 2e secondaire ont en effet fait l'objet d'une diffusion sur les réseaux sociaux.

Les épreuves orales de néerlandais du CE1D sont, pour des questions organisationnelles, menées sur plusieurs jours en FWB. Elles avaient débuté lundi déjà dans certaines écoles.

Conformément à la procédure prévue en cas de fuite, de nouvelles fiches portant sur la même matière mais avec des libellés de questions différents vont à présent être envoyées aux écoles qui n'ont pas encore organisé cette épreuve. Celles-ci s'en serviront donc pour la passation de l'examen dans les jours à venir.

La fuite de mercredi après-midi ne devrait toutefois pas avoir faussé l'épreuve, aucun élève n'ayant présenté l'examen concerné ce jeudi, selon la ministre Désir.

Mercredi, celle-ci avait déjà dû annuler une question de l'épreuve de sciences du CE1D cette fois, aussi en raison d'une divulgation sur internet.

A la suite de fuites massives des questionnaires qui avaient conduit à l'annulation générale des épreuves du CE1D et du CESS en juin 2015, la Fédération Wallonie-Bruxelles a drastiquement revu les règles de sécurité et de confidentialité des épreuves certificatives externes.

Mais devant les deux failles constatées ces derniers jours, Caroline Désir dit à présent vouloir évaluer ces procédures dans les semaines à venir.

"Il apparaît en effet d'ores et déjà que, pour permettre de préparer la passation des épreuves, certaines parties de celles-ci (expérience pratique, examens oraux) font l'objet d'une diffusion préalable auprès d'un plus grand nombre d'intervenants au-delà des agents du ministère et des directions. Cela augmente le risque de fuites causées par des personnes mal intentionnées et irrespectueuses du travail des équipes éducatives et des élèves durant toute cette année scolaire", selon la ministre.

Celle-ci n'exclut pas de déposer plainte contre X et de solliciter une enquête de police pour identifier les responsables de ces fuites.

Les fiches prévues pour l'épreuve menée auprès de tous les élèves de 2e secondaire ont en effet fait l'objet d'une diffusion sur les réseaux sociaux. Les épreuves orales de néerlandais du CE1D sont, pour des questions organisationnelles, menées sur plusieurs jours en FWB. Elles avaient débuté lundi déjà dans certaines écoles. Conformément à la procédure prévue en cas de fuite, de nouvelles fiches portant sur la même matière mais avec des libellés de questions différents vont à présent être envoyées aux écoles qui n'ont pas encore organisé cette épreuve. Celles-ci s'en serviront donc pour la passation de l'examen dans les jours à venir.La fuite de mercredi après-midi ne devrait toutefois pas avoir faussé l'épreuve, aucun élève n'ayant présenté l'examen concerné ce jeudi, selon la ministre Désir. Mercredi, celle-ci avait déjà dû annuler une question de l'épreuve de sciences du CE1D cette fois, aussi en raison d'une divulgation sur internet. A la suite de fuites massives des questionnaires qui avaient conduit à l'annulation générale des épreuves du CE1D et du CESS en juin 2015, la Fédération Wallonie-Bruxelles a drastiquement revu les règles de sécurité et de confidentialité des épreuves certificatives externes. Mais devant les deux failles constatées ces derniers jours, Caroline Désir dit à présent vouloir évaluer ces procédures dans les semaines à venir. "Il apparaît en effet d'ores et déjà que, pour permettre de préparer la passation des épreuves, certaines parties de celles-ci (expérience pratique, examens oraux) font l'objet d'une diffusion préalable auprès d'un plus grand nombre d'intervenants au-delà des agents du ministère et des directions. Cela augmente le risque de fuites causées par des personnes mal intentionnées et irrespectueuses du travail des équipes éducatives et des élèves durant toute cette année scolaire", selon la ministre. Celle-ci n'exclut pas de déposer plainte contre X et de solliciter une enquête de police pour identifier les responsables de ces fuites.