Les passagers, qui font partie des quelque 280 personnes évacuées lundi d'Afghanistan vers le Pakistan par des C-130 belges, ont ensuite été dirigés vers la caserne de Peutie en vue d'un screening sécuritaire et médical, ainsi qu'un test Covid.

Deux avions, un Airbus A340 civil et un A330 militaire, transportant 63 Belges et 158 Afghans exfiltrés de Kaboul, avaient atterri lundi matin à l'aéroport militaire de Melsbroek, précise mardi le cabinet du secrétaire d'Etat à l'Asile Sammy Mahdi.

Quarante-cinq Afghans ont été évacués parce qu'ils étaient en danger en raison "de leurs activités passées ou de leur profil spécifique". Soit des personnes ayant travaillé pour les militaires belges et membres de leur famille, pour l'institution afghane des droits de l'homme et leur famille ainsi qu'une haute fonctionnaire de l'Etat. Un enfant afghan de 14 ans voyageait seul et n'avait aucun lien avec des personnes de la Belgique après les contrôles. Il a été pris en charge dans un centre d'accueil Fedasil pour mineurs non accompagnés et un tuteur a été désigné.

Après être arrivées et avoir été contrôlées à Peutie, la plupart des personnes sont retournées chez elles en Belgique. Une personne parmi les arrivées devait être prise en charge par le Danemark. Il s'agissait des premières arrivées sur le sol belge de personnes évacuées d'Afghanistan depuis le lancement de l'opération Red Kite.

Les passagers, qui font partie des quelque 280 personnes évacuées lundi d'Afghanistan vers le Pakistan par des C-130 belges, ont ensuite été dirigés vers la caserne de Peutie en vue d'un screening sécuritaire et médical, ainsi qu'un test Covid. Deux avions, un Airbus A340 civil et un A330 militaire, transportant 63 Belges et 158 Afghans exfiltrés de Kaboul, avaient atterri lundi matin à l'aéroport militaire de Melsbroek, précise mardi le cabinet du secrétaire d'Etat à l'Asile Sammy Mahdi.Quarante-cinq Afghans ont été évacués parce qu'ils étaient en danger en raison "de leurs activités passées ou de leur profil spécifique". Soit des personnes ayant travaillé pour les militaires belges et membres de leur famille, pour l'institution afghane des droits de l'homme et leur famille ainsi qu'une haute fonctionnaire de l'Etat. Un enfant afghan de 14 ans voyageait seul et n'avait aucun lien avec des personnes de la Belgique après les contrôles. Il a été pris en charge dans un centre d'accueil Fedasil pour mineurs non accompagnés et un tuteur a été désigné. Après être arrivées et avoir été contrôlées à Peutie, la plupart des personnes sont retournées chez elles en Belgique. Une personne parmi les arrivées devait être prise en charge par le Danemark. Il s'agissait des premières arrivées sur le sol belge de personnes évacuées d'Afghanistan depuis le lancement de l'opération Red Kite.