"Tout pays qui se respecte doit maintenant protéger ses joyaux économiques", déclarait Johan Van Overtveldt (N-VA) le mois dernier à Knack. L'ancien ministre des Finances et actuel député européen a averti que le déclin économique causé par l'épidémie du coronavirus sera profond et dur. Il craint que des entreprises prometteuses ne tombent entre des mains étrangères pour une croûte de pain. "C'est l'une de mes plus grandes craintes", a-t-il déclaré.
...

"Tout pays qui se respecte doit maintenant protéger ses joyaux économiques", déclarait Johan Van Overtveldt (N-VA) le mois dernier à Knack. L'ancien ministre des Finances et actuel député européen a averti que le déclin économique causé par l'épidémie du coronavirus sera profond et dur. Il craint que des entreprises prometteuses ne tombent entre des mains étrangères pour une croûte de pain. "C'est l'une de mes plus grandes craintes", a-t-il déclaré. De nombreuses entreprises sortiront affaiblies de cette crise. On les trouve dans des secteurs qui ont été durement touchés par le confinement, comme l'aviation. Mais il existe aussi de nombreuses entreprises de croissance ambitieuses qui ne disposent pas encore d'une structure de bilan solide et qui sont à bout de souffle. Et cela alors que les grandes entreprises étrangères sont assises sur des montagnes d'argent liquide qui leur permettent de pêcher ces joyaux. "Pour elles, la chasse aux bonnes affaires particulièrement lucratives s'ouvre lentement mais sûrement", déclare Van Overtveldt, qui a appelé nos gouvernements à "faire tout leur possible pour soutenir le monde des affaires. C'est maintenant ou jamais".Cela rejoint le débat qui faisait rage dans les années 1990. De nombreuses sociétés d'importance stratégique ont alors reçu des actionnaires étrangers, principalement français. C'est ainsi que Tractebel, avec Electrabel et Distrigas, s'est retrouvé chez Suez. En 2004, l'aéroport de Zaventem a été privatisé et l'aéroport de Bruxelles a été vendu à des fonds de pension australiens et canadiens. Et pendant la crise bancaire, notre plus grande banque, Fortis, est passée sous le contrôle de la société française BNP Paribas. Ce ne sont là que quelques exemples d'entreprises stratégiquement importantes qui se sont retrouvées entre des mains étrangères.Avec ces actionnaires étrangers, les décisions (investissement, emploi, transferts financiers, etc.) sont généralement prises au-delà de nos frontières. Concrètement, BNP Paribas Fortis voulait distribuer cette année 1,9 milliard d'euros (90 % de son bénéfice annuel ) sous forme de dividende à sa maison mère française. Cela a incité l'économiste Paul De Grauwe du magazine MO* à penser qu'il aurait été préférable de nationaliser Fortis : nous aurions pu utiliser cet argent nous-mêmes. "Attention, j'ai toujours été globaliste", a déclaré De Grauwe. "Je me fichais de savoir qui possédait une société. Mais je constate que les nationalistes économiques existent. Et si vous ne faites pas attention, vous aurez des ennuis lorsque toutes vos grandes entreprises tomberont entre des mains étrangères."Brussels Airlines, avec une société mère allemande, a été l'une des premières compagnies à frapper à la porte du gouvernement. Elle a demandé 290 millions d'euros pour survivre à la crise du coronavirus. Il y a peut-être de bonnes raisons de lui consentir cette somme: Brussels Airlines emploie 4000 personnes, et la compagnie gère 40% du trafic de l'aéroport de Zaventem. Mais si le gouvernement décide de lui donner une bouée de sauvetage financière, il ne doit pas se contenter d'obtenir des garanties sur l'avenir de l'entreprise. Il doit également avoir son mot à dire, avec un droit de veto. Vous ne pouvez pas faire de cadeaux avec l'argent des contribuables.Les joyaux de demain sont une autre paire de manches. Ce sont les innombrables entreprises prometteuses qui risquent aujourd'hui de faire faillite ou d'être englouties par un groupe étranger. Le gouvernement a déjà obligé les banques à accorder aux entreprises des reports de paiement et des prêts relais - elles peuvent bien compenser leur sauvetage avec l'argent des contribuables, il y a dix ans. Mais il faut faire plus. Il faut veiller à ce que les nombreuses économies réalisées soient davantage au service des entreprises. En outre, les nombreux fonds d'investissement familiaux de riches entrepreneurs qui ont été créés ces dernières années ont un rôle à jouer, bien qu'ils soient encore trop souvent dans un ordre de bataille dispersé. Un super fonds, pour lequel l'économiste louvaniste Herman Daems travaille depuis des années, pourrait être une solution.Tout pays qui se respecte doit maintenant protéger ses joyaux économiques, en effet. Les gouvernements doivent mettre le pied à l'étrier et retrousser leurs manches. Ce n'est pas l'argent qui manque. Mais il faut aussi le drainer dans la bonne direction.