Il n'y aura donc pas de procès Kazakhgate en Belgique. La cour de cassation a décidé, ce 14 octobre, qu'il n'y avait pas de charges suffisantes pour poursuivre Jean-François Godbille et Léa Wolman. Tous deux avaient été épinglés dans un curieux volet de cette saga interminable. Il y a trois ans, il est apparu, comme l'avaient révélé Le Vif, Le Soir et De Standaard, qu'Armand De Decker et l'avocate Catherine Degoul avaient transféré, en 2012, la somm...

Il n'y aura donc pas de procès Kazakhgate en Belgique. La cour de cassation a décidé, ce 14 octobre, qu'il n'y avait pas de charges suffisantes pour poursuivre Jean-François Godbille et Léa Wolman. Tous deux avaient été épinglés dans un curieux volet de cette saga interminable. Il y a trois ans, il est apparu, comme l'avaient révélé Le Vif, Le Soir et De Standaard, qu'Armand De Decker et l'avocate Catherine Degoul avaient transféré, en 2012, la somme de 25 000 euros à l'ASBL Amitié et fraternité scoute dont le haut magistrat était le fondateur et administrateur. L'argent avait curieusement transité via la Fondation de la Princesse Léa. Il provenait d'un compte HSBC appartenant à Degoul. La coïncidence avec la fin récente des ennuis judiciaires du milliardaire belgo-kazakh Pathok Chodiev, défendu par Degoul et De Decker, était troublante. D'autant que c'est devant le parquet-général de Bruxelles, où Godbille est magistrat, qu'une transaction pénale a été signée avec le trio kazakh, poursuivi pour une affaire de corruption et de blanchiment d'argent (Tractebel). Godbille et De Decker étaient également amis. L'avocat-général a, par ailleurs, rencontré Me Degoul dans un hôtel bruxellois peu après la transaction. Néanmoins, la justice considère qu'il n'y a pas suffisamment d'éléments à charges pour démontrer une quelconque corruption ni que le haut magistrat soit intervenu dans le dossier pour favoriser d'une quelconque manière le trio kazakh. La raison pour laquelle les 25 000 euros ont été versés à l'asbl scoute reste néanmoins un mystère. Godbille a dit, aux enquêteurs et aux députés qui l'ont interrogé, qu'il pensait que cela venait de l'Ordre de Malte, comme le lui avait confié Armand De Decker. Mais ce dernier a toujours nié, devant les enquêteurs, toute intervention dans le versement de l'argent à l'asbl, rejetant la responsabilité de l'initiative sur Catherine Degoul. De Decker est décédé le 12 juin 2019. L'action publique le concernant s'est automatiquement éteinte. On s'attendait, dès lors, à ce que le volet Godbille ne donne rien. En janvier dernier, le parquet général du Hainaut avait requis le non-lieu et transmis son rapport d'instruction à la Cour de cassation qui devait prendre la décision finale. Voilà qui est fait.