Les parents avaient demandé au psychiatre, deux ans avant les faits, de faire colloquer leur fils, car celui-ci était, selon eux, un psychotique. Le psychiatre n'avait toutefois pas considéré que cette mesure était nécessaire.

Les parents de Kim De Gelder reprochent dès lors au psychiatre d'avoir commis une erreur d'appréciation et souhaitent le voir comparaître devant le tribunal correctionnel pour abstention coupable. Le ministère public avait pour sa part requis un non-lieu et a été suivi par la chambre du conseil.

A l'issue de l'audience, l'avocat des parents, Me Jaak Haentjens, a laissé entendre qu'il pourrait interjeter appel devant la chambre des mises en accusation de Gand.

"Le psychiatre jouissait d'une large expérience et avait reçu beaucoup d'informations des parents. Ils avaient été confrontés les cinq années précédentes au mal de leur fils et avaient finalement demandé conseil pour le faire colloquer dans un établissement. Il a toutefois expédié l'affaire comme un problème de communication entre les parents et leur fils et les a envoyés promener. Les parents n'ont pas été pris au sérieux et le psychiatre n'est pas intervenu", a expliqué l'avocat, qui a par ailleurs réaffirmé sa conviction que Kim De Gelder n'est pas responsable de ses actes et doit être interné.

Le Vif.be, avec Belga

Les parents avaient demandé au psychiatre, deux ans avant les faits, de faire colloquer leur fils, car celui-ci était, selon eux, un psychotique. Le psychiatre n'avait toutefois pas considéré que cette mesure était nécessaire. Les parents de Kim De Gelder reprochent dès lors au psychiatre d'avoir commis une erreur d'appréciation et souhaitent le voir comparaître devant le tribunal correctionnel pour abstention coupable. Le ministère public avait pour sa part requis un non-lieu et a été suivi par la chambre du conseil. A l'issue de l'audience, l'avocat des parents, Me Jaak Haentjens, a laissé entendre qu'il pourrait interjeter appel devant la chambre des mises en accusation de Gand. "Le psychiatre jouissait d'une large expérience et avait reçu beaucoup d'informations des parents. Ils avaient été confrontés les cinq années précédentes au mal de leur fils et avaient finalement demandé conseil pour le faire colloquer dans un établissement. Il a toutefois expédié l'affaire comme un problème de communication entre les parents et leur fils et les a envoyés promener. Les parents n'ont pas été pris au sérieux et le psychiatre n'est pas intervenu", a expliqué l'avocat, qui a par ailleurs réaffirmé sa conviction que Kim De Gelder n'est pas responsable de ses actes et doit être interné. Le Vif.be, avec Belga