François Fornieri, CEO de Mithra et ex-président du comité de rémunération de Nethys, et Pierre Meyers, ancien président du conseil d'administration, ont comparu mardi devant la chambre du conseil de Liège, qui devait se prononcer sur leur maintien ou non en détention préventive. Cette dernière "a confirmé les indices de culpabilité à l'égard de Messieurs Fornieri et Meyers et les a remis en liberté sous conditions consistant, notamment, à ne pas rentrer en contact avec différentes personnes", a précisé le procureur.

L'avocat de François Fornieri a indiqué pour sa part que le juge d'instruction avait fait "un rapport particulièrement long et objectif de l'ensemble des devoirs qui avaient été effectués et de ceux dont il envisage la réalisation dans les jours à venir".

Christian De Valkenee a ajouté que le parquet général de Liège avait décidé de ne pas interjeter appel, une décision qui tient compte entre autres de l'âge du Pierre Meyers, a-t-il précisé.

Pour rappel, après deux jours de garde à vue et près de 18 heures d'auditions, François Fornieri et Pierre Meyers avaient été privés de liberté jeudi soir et placés en détention à la prison de Marche-En-Famenne. Les deux hommes sont accusés d'abus et détournement de biens sociaux par personne exerçant une fonction publique.

Mardi, l'avocat de M. Fornieri a précisé que "le dossier traité actuellement ne porte que sur l'aspect des rémunérations".

Mercredi, Stéphane Moreau et Pol Heyse comparaîtront à leur tour devant la chambre du conseil. Cette dernière devra statuer sur leur maintien ou non en détention préventive.

En outre, plusieurs médias indiquaient mardi que Diego Aquilina, ex-CEO de l'assureur Intégrale et ancien membre indépendant du conseil d'administration de Nethys sous le règne de Stéphane Moreau, avait à son tour été interpellé et était auditionné par l'office central de répression de la corruption.

.

François Fornieri, CEO de Mithra et ex-président du comité de rémunération de Nethys, et Pierre Meyers, ancien président du conseil d'administration, ont comparu mardi devant la chambre du conseil de Liège, qui devait se prononcer sur leur maintien ou non en détention préventive. Cette dernière "a confirmé les indices de culpabilité à l'égard de Messieurs Fornieri et Meyers et les a remis en liberté sous conditions consistant, notamment, à ne pas rentrer en contact avec différentes personnes", a précisé le procureur. L'avocat de François Fornieri a indiqué pour sa part que le juge d'instruction avait fait "un rapport particulièrement long et objectif de l'ensemble des devoirs qui avaient été effectués et de ceux dont il envisage la réalisation dans les jours à venir". Christian De Valkenee a ajouté que le parquet général de Liège avait décidé de ne pas interjeter appel, une décision qui tient compte entre autres de l'âge du Pierre Meyers, a-t-il précisé. Pour rappel, après deux jours de garde à vue et près de 18 heures d'auditions, François Fornieri et Pierre Meyers avaient été privés de liberté jeudi soir et placés en détention à la prison de Marche-En-Famenne. Les deux hommes sont accusés d'abus et détournement de biens sociaux par personne exerçant une fonction publique. Mardi, l'avocat de M. Fornieri a précisé que "le dossier traité actuellement ne porte que sur l'aspect des rémunérations". Mercredi, Stéphane Moreau et Pol Heyse comparaîtront à leur tour devant la chambre du conseil. Cette dernière devra statuer sur leur maintien ou non en détention préventive. En outre, plusieurs médias indiquaient mardi que Diego Aquilina, ex-CEO de l'assureur Intégrale et ancien membre indépendant du conseil d'administration de Nethys sous le règne de Stéphane Moreau, avait à son tour été interpellé et était auditionné par l'office central de répression de la corruption..