"Malgré le processus de privatisation actuellement en cours chez Eneco, celle-ci s'est engagée à poursuivre le développement des projets existants d'Elicio. En tant que groupe actif en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et au Royaume-Uni, l'expertise d'Eneco peut être le levier nécessaire pour développer Elicio. Non seulement en Belgique, mais dans toute l'Europe", souligne-t-on.

Les deux sociétés sont en outre partenaires sur plusieurs projets dont le Norther dans lequel Nethys et Eneco sont associées depuis plus de dix ans, avance cette dernière.

Les responsables d'Eneco espèrent pouvoir rencontrer le conseil d'administration de Nethys dans les prochains jours.

Nethys cherche à céder plusieurs de ses activités concurrentielles, dont le télédistributeur Voo, Elicio et Win. Il est reproché à Nethys de manquer de transparence à l'égard de sa maison mère, l'intercommunale Enodia (ex-Publifin), dans la recherche de telles cessions.

Dans une lettre adressée aux conseils d'administration d'Enodia et de Nethys, Miguel de Schaetzen revient sur la volonté de Nethys de vendre Elicio pour un euro symbolique à un consortium composé notamment d'Ardentia et du groupe John Cockerill. "Tant le processus suivi que le prix proposé ne manquent pas de nous interpeller", relève le CEO.

"Comme mentionné à de multiples reprises, nous vous confirmons que nous sommes très intéressés de pouvoir faire offre pour la reprise des actions Elicio. Nous regrettons vivement que Nethys n'ait pas fait suite à nos nombreuses demandes de rendez-vous avec le directeur général d'Eneco afin de pouvoir discuter du futur de nos collaborations. D'autre part, compte tenu des réglementations européennes en vigueur, en particulier en matière d'aides d'État, l'ouverture de l'offre de reprise à différents acquéreurs nous semble être une obligation légale."