Les enquêteurs ont confirmé à la présidente de la cour qu'a priori, rien ne rattachait Mehdi Nemmouche à Bruxelles. Interrogé à ce propos, l'intéressé n'a pas donné de réponse. "Pourquoi choisir Bruxelles comme lieu de résidence ou de villégiature? Nous nous posons la question des critères de rattachement que vous avez avec Bruxelles", a demandé la présidente à Mehdi Nemmouche. "Vous avez raison de vous la poser, la réponse arrivera", a simplement répondu ce dernier.

De l'analyse du passeport de Mehdi Nemmouche, il ressort qu'il a débuté un voyage d'un peu plus d'un an au départ de Bruxelles, et qu'il était revenu dans cette même ville ensuite. Un peu plus de trois semaines après sa libération de la prison de Toulon, "le 31 décembre 2012, il a pris l'avion à Bruxelles jusqu'à Beyrouth, avec une escale à Londres. Le 2 janvier 2013, il a repris l'avion pour Istanbul.

On pense qu'il s'est ensuite rendu en Syrie, je dis 'pense' car on se rend en Syrie clandestinement. Donc pareil lorsqu'il quitte ce pays, on ne sait pas dire à quelle date exactement. Mais on sait qu'il était à nouveau à Istanbul le 21 février 2014 car il y a pris un avion pour Kuala Lumpur", a expliqué le chef d'enquête. Selon ce dernier, le séjour en Syrie de Mehdi Nemmouche aurait donc duré du 2 janvier 2013 au 21 février 2014. "Ca peut coller avec la période pendant laquelle les journalistes français ont été retenus en otage en Syrie, soit entre juillet et décembre 2013", a précisé l'enquêteur.

Pour rappel, sur les quatre journalistes français retenus en otage en Syrie en 2013, trois ont dit formellement reconnaître Mehdi Nemmouche comme l'un de leurs geôliers. "Ensuite, le 2 mars 2014, Mehdi Nemmouche a pris un avion pour Singapour et est revenu à Kuala Lumpur le 4 mars. Le 10 mars, il a pris un avion pour Hong Kong, puis est revenu le 17 mars à Kuala Lumpur pour ensuite se rendre à Bangkok et enfin à Francfort le 18 mars", a poursuivi le chef d'enquête.

"Il s'est rendu à la gare de Francfort et a pris un bus Eurolines pour Bruxelles, qui est passé par Cologne, Aix-La-Chapelle et Liège. Là, il s'est directement rendu à Tourcoing chez sa grand-mère jusqu'au 26 mars mais n'a pas dormi là les deux dernières nuits. Ensuite, il s'estrendu à nouveau à Bruxelles le 30 mars et a logé dans l'auberge de jeunesse 'Génération Europe' puis a séjourné dès le 31 mars dans l'appartement loué rue Saint-Joseph à Molenbeek-Saint-Jean", a terminé l'enquêteur.

Belga

Les enquêteurs ont confirmé à la présidente de la cour qu'a priori, rien ne rattachait Mehdi Nemmouche à Bruxelles. Interrogé à ce propos, l'intéressé n'a pas donné de réponse. "Pourquoi choisir Bruxelles comme lieu de résidence ou de villégiature? Nous nous posons la question des critères de rattachement que vous avez avec Bruxelles", a demandé la présidente à Mehdi Nemmouche. "Vous avez raison de vous la poser, la réponse arrivera", a simplement répondu ce dernier. De l'analyse du passeport de Mehdi Nemmouche, il ressort qu'il a débuté un voyage d'un peu plus d'un an au départ de Bruxelles, et qu'il était revenu dans cette même ville ensuite. Un peu plus de trois semaines après sa libération de la prison de Toulon, "le 31 décembre 2012, il a pris l'avion à Bruxelles jusqu'à Beyrouth, avec une escale à Londres. Le 2 janvier 2013, il a repris l'avion pour Istanbul. On pense qu'il s'est ensuite rendu en Syrie, je dis 'pense' car on se rend en Syrie clandestinement. Donc pareil lorsqu'il quitte ce pays, on ne sait pas dire à quelle date exactement. Mais on sait qu'il était à nouveau à Istanbul le 21 février 2014 car il y a pris un avion pour Kuala Lumpur", a expliqué le chef d'enquête. Selon ce dernier, le séjour en Syrie de Mehdi Nemmouche aurait donc duré du 2 janvier 2013 au 21 février 2014. "Ca peut coller avec la période pendant laquelle les journalistes français ont été retenus en otage en Syrie, soit entre juillet et décembre 2013", a précisé l'enquêteur. Pour rappel, sur les quatre journalistes français retenus en otage en Syrie en 2013, trois ont dit formellement reconnaître Mehdi Nemmouche comme l'un de leurs geôliers. "Ensuite, le 2 mars 2014, Mehdi Nemmouche a pris un avion pour Singapour et est revenu à Kuala Lumpur le 4 mars. Le 10 mars, il a pris un avion pour Hong Kong, puis est revenu le 17 mars à Kuala Lumpur pour ensuite se rendre à Bangkok et enfin à Francfort le 18 mars", a poursuivi le chef d'enquête. "Il s'est rendu à la gare de Francfort et a pris un bus Eurolines pour Bruxelles, qui est passé par Cologne, Aix-La-Chapelle et Liège. Là, il s'est directement rendu à Tourcoing chez sa grand-mère jusqu'au 26 mars mais n'a pas dormi là les deux dernières nuits. Ensuite, il s'estrendu à nouveau à Bruxelles le 30 mars et a logé dans l'auberge de jeunesse 'Génération Europe' puis a séjourné dès le 31 mars dans l'appartement loué rue Saint-Joseph à Molenbeek-Saint-Jean", a terminé l'enquêteur.Belga