Le personnel des établissements pénitentiaires en Belgique a entamé lundi soir un mouvement de grève, à l'initiative de la CSC Services publics et de la CGSP. Celui-ci se poursuivait dans la nuit de mardi à mercredi. En moyenne, 71,70% du personnel était en poste mardi soir dans le sud du pays, mais la grève était observée par tout le personnel à Andenne, Dinant et Lantin.

Le personnel était partiellement présent dans la prison pour hommes de Forest (60ù), et dans celles d'Ittre (54%), de Marche-en-Famenne (50%), de Marneffe (50%), de Namur (75%), de Nivelles (80%), de Paifve (83,33%) et de Saint-Hubert (66,67%). Au nord du pays, environ un quart des effectifs n'était pas en poste dans la nuit de mardi à mercredi. Dans les prisons du pays, 38 agents de police ont été déployés, dont deux à Berkendael, 11 à Forest, 2 à Marche-en-Famenne et 3 à Saint-Hubert.

Les syndicats reprochent aux autorités de ne pas tenir leurs engagements pris dans différents protocoles signés ces dernières années. En agissant de la sorte, ils entendent envoyer un signal au prochain titulaire du portefeuille de la Justice.