Le nombre de blessés a, lui, reculé de 26%, soit de 6.000 personnes. Pour l'organisation, il ne fait aucun doute que ces diminutions sont imputables au confinement de près de trois mois pendant lesquels les déplacements étaient fortement limités.

Mais les répercussions peuvent également être négatives. Le nombre d'accidents impliquant un cycliste - le deux-roues ayant connu un regain d'intérêt pendant le confinement - a augmenté de 30% en Wallonie, à 473. Ils ont également été plus nombreux à Bruxelles (+6%), "ce qui montre la nécessité d'aménager les infrastructures adéquates pour les protéger", souligne Vias.

Dans le détail, 194 personnes ont été tuées sur les routes lors du premier semestre, contre 237 l'an dernier à la même période. Le nombre de tués a diminué en Wallonie (de 125 à 92 tués) et en Flandre, mais de manière moins prononcée (de 104 à 92 tués). A Bruxelles, toutefois, ce nombre a augmenté (de 8 à 10 tués).

En ce qui concerne le nombre d'accidents avec tués ou blessés, les tendances sont quasi similaires pour les trois Régions: de 5.101 à 3.828 en Wallonie (-25%), de 11.097 à 8.578 en Flandre (-23%) et de 1.896 à 1.479 à Bruxelles (-22%).

Cela étant, "les accidents qui se sont produits pendant ce premier semestre n'avaient plus été aussi graves depuis 2013", constate Vias. "La densité du trafic nettement moindre et le risque moins élevé de se faire contrôler pendant le confinement a apparemment incité certains conducteurs à appuyer un peu trop fort sur l'accélérateur", explique l'institut. Selon Vias, la multiplication des radars tronçons dans les mois qui viennent devrait avoir un impact positif sur la sécurité routière.

Le nombre de blessés a, lui, reculé de 26%, soit de 6.000 personnes. Pour l'organisation, il ne fait aucun doute que ces diminutions sont imputables au confinement de près de trois mois pendant lesquels les déplacements étaient fortement limités.Mais les répercussions peuvent également être négatives. Le nombre d'accidents impliquant un cycliste - le deux-roues ayant connu un regain d'intérêt pendant le confinement - a augmenté de 30% en Wallonie, à 473. Ils ont également été plus nombreux à Bruxelles (+6%), "ce qui montre la nécessité d'aménager les infrastructures adéquates pour les protéger", souligne Vias. Dans le détail, 194 personnes ont été tuées sur les routes lors du premier semestre, contre 237 l'an dernier à la même période. Le nombre de tués a diminué en Wallonie (de 125 à 92 tués) et en Flandre, mais de manière moins prononcée (de 104 à 92 tués). A Bruxelles, toutefois, ce nombre a augmenté (de 8 à 10 tués). En ce qui concerne le nombre d'accidents avec tués ou blessés, les tendances sont quasi similaires pour les trois Régions: de 5.101 à 3.828 en Wallonie (-25%), de 11.097 à 8.578 en Flandre (-23%) et de 1.896 à 1.479 à Bruxelles (-22%). Cela étant, "les accidents qui se sont produits pendant ce premier semestre n'avaient plus été aussi graves depuis 2013", constate Vias. "La densité du trafic nettement moindre et le risque moins élevé de se faire contrôler pendant le confinement a apparemment incité certains conducteurs à appuyer un peu trop fort sur l'accélérateur", explique l'institut. Selon Vias, la multiplication des radars tronçons dans les mois qui viennent devrait avoir un impact positif sur la sécurité routière.