Le tribunal a établi la culpabilité des trois prévenus pour le vol. Il a condamné Mohamed Abdeslam, qui était en aveu, à 30 mois de prison ferme compte tenu de l'état de récidive légale de celui-ci, et à 16.000 euros d'amende. Bien que Mohamed Abdeslam ne contestait pas son implication, le tribunal a relevé qu'il avait "délibérément tu tout ce qui concernait le butin alors qu'il est invraisemblable qu'il ne sache pas où il est". Le tribunal a également estimé que Youssef B. avait participé au vol, malgré les dénégations de celui-ci, et l'a condamné à 18 mois de prison avec sursis pour la moitié et à une amende de 4.000 euros. Il a aussi établi que Pierre-Raphaël C., l'employé de la commune de Molenbeek-Saint-Jean, était coupable des faits pour avoir donné l'information à Mohamed Abdeslam sur la date du transfert de la recette communale. Ce dernier écope d'une peine de deux ans de prison avec sursis pour la moitié et d'une amende de 1.500 euros.

Le tribunal a estimé qu'il s'agissait de "faits très graves dans le chef d'un employé de l'administration publique", Mohamed Abdeslam n'ayant pu connaître seul la date du transfert de l'argent. Le juge a également retenu que Pierre-Raphaël C. n'avait fait aucun geste après que le voleur ait dérobé la recette communale, restant sur place sans agir, et qu'il n'avait appelé la police que "six longues minutes" après le vol. Il a affirmé par ailleurs que le visionnage des images des caméras de surveillance de la banque, "a permis d'enlever tout doute" sur le déroulement des faits, et notamment que "rien ne permet de constater l'utilisation d'une arme" comme soutenu par Pierre-Rapahël C. Enfin, le tribunal a condamné chacun des trois hommes à une confiscation équivalant au tiers du butin, qui était de 68.068 euros. Le 23 janvier dernier, peu après 14h00, trois fonctionnaires molenbeekois avaient été attaqués alors qu'ils s'apprêtaient à déposer une somme de près de 70.000 euros à la banque. Un individu avait exigé l'argent et pris la fuite avec son butin.

Un mois plus tard, quatre personnes avaient été interpellées, dont Mohamed Abdeslam, le frère des terroristes Brahim et Salah Abdeslam, qui a travaillé pour l'administration molenbeekoise dans le passé. En juin dernier, il avait admis avoir participé au vol. Selon sa version, il avait été informé par Pierre-Raphaël C., l'un de ses anciens collègues, qu'une importante somme d'argent devait être apportée à la banque le 23 janvier 2018. Il l'avait ensuite fait savoir à Youssef B. C'est ce dernier qui a commis l'attaque, avait-il dit, alors que l'argent était transporté notamment par son ex-compagne, employée à la commune de Molenbeek-Saint-Jean, et Pierre-Raphaël C. Ce dernier, Youssef B. et Mohamed Abdeslam avaient été inculpés puis renvoyés devant le tribunal correctionnel.

Le tribunal a établi la culpabilité des trois prévenus pour le vol. Il a condamné Mohamed Abdeslam, qui était en aveu, à 30 mois de prison ferme compte tenu de l'état de récidive légale de celui-ci, et à 16.000 euros d'amende. Bien que Mohamed Abdeslam ne contestait pas son implication, le tribunal a relevé qu'il avait "délibérément tu tout ce qui concernait le butin alors qu'il est invraisemblable qu'il ne sache pas où il est". Le tribunal a également estimé que Youssef B. avait participé au vol, malgré les dénégations de celui-ci, et l'a condamné à 18 mois de prison avec sursis pour la moitié et à une amende de 4.000 euros. Il a aussi établi que Pierre-Raphaël C., l'employé de la commune de Molenbeek-Saint-Jean, était coupable des faits pour avoir donné l'information à Mohamed Abdeslam sur la date du transfert de la recette communale. Ce dernier écope d'une peine de deux ans de prison avec sursis pour la moitié et d'une amende de 1.500 euros. Le tribunal a estimé qu'il s'agissait de "faits très graves dans le chef d'un employé de l'administration publique", Mohamed Abdeslam n'ayant pu connaître seul la date du transfert de l'argent. Le juge a également retenu que Pierre-Raphaël C. n'avait fait aucun geste après que le voleur ait dérobé la recette communale, restant sur place sans agir, et qu'il n'avait appelé la police que "six longues minutes" après le vol. Il a affirmé par ailleurs que le visionnage des images des caméras de surveillance de la banque, "a permis d'enlever tout doute" sur le déroulement des faits, et notamment que "rien ne permet de constater l'utilisation d'une arme" comme soutenu par Pierre-Rapahël C. Enfin, le tribunal a condamné chacun des trois hommes à une confiscation équivalant au tiers du butin, qui était de 68.068 euros. Le 23 janvier dernier, peu après 14h00, trois fonctionnaires molenbeekois avaient été attaqués alors qu'ils s'apprêtaient à déposer une somme de près de 70.000 euros à la banque. Un individu avait exigé l'argent et pris la fuite avec son butin. Un mois plus tard, quatre personnes avaient été interpellées, dont Mohamed Abdeslam, le frère des terroristes Brahim et Salah Abdeslam, qui a travaillé pour l'administration molenbeekoise dans le passé. En juin dernier, il avait admis avoir participé au vol. Selon sa version, il avait été informé par Pierre-Raphaël C., l'un de ses anciens collègues, qu'une importante somme d'argent devait être apportée à la banque le 23 janvier 2018. Il l'avait ensuite fait savoir à Youssef B. C'est ce dernier qui a commis l'attaque, avait-il dit, alors que l'argent était transporté notamment par son ex-compagne, employée à la commune de Molenbeek-Saint-Jean, et Pierre-Raphaël C. Ce dernier, Youssef B. et Mohamed Abdeslam avaient été inculpés puis renvoyés devant le tribunal correctionnel.