Michel Daerden est plongé dans un coma artificiel depuis son hospitalisation à la suite de deux arrêts cardiaques le 25 juillet. A plusieurs reprises, les médecins ont tenté de l'en faire sortir mais l'ancien ministre fédéral des Pensions s'est montré agité et les médecins ont renoncé à réduire la sédation. Aucun rapatriement vers la Belgique n'est envisagé actuellement.

De plus, depuis plusieurs jours, il souffre d'une infection pulmonaire qui provoque une fièvre élevée et qui l'affaiblit. Les médecins ne souhaitent donc pas tenter de réveil avant que son état général soit favorable. "La situation nécessite la prudence", a commenté Frédéric Daerden à l'issue de son entretien avec les médecins. L'ancien ministre est placé sous respiration artificielle depuis 10 jours.

Pour le soulager, et parce qu'ils ne connaissent pas la durée du coma, les médecins ont décidé ce samedi de pratiquer une trachéotomie. Celle-ci permet à l'air de pénétrer plus rapidement dans les poumons sans passer par les voies respiratoires supérieures, ce qui est moins inconfortable pour le patient qu'une ventilation nasale.

La famille est toujours dans l'attente mais se veut optimiste. "Nous attendons une évolution que nous espérons positive dans les prochains jours", a conclu Frédéric Daerden.

Levif.be, avec Belga

Michel Daerden est plongé dans un coma artificiel depuis son hospitalisation à la suite de deux arrêts cardiaques le 25 juillet. A plusieurs reprises, les médecins ont tenté de l'en faire sortir mais l'ancien ministre fédéral des Pensions s'est montré agité et les médecins ont renoncé à réduire la sédation. Aucun rapatriement vers la Belgique n'est envisagé actuellement. De plus, depuis plusieurs jours, il souffre d'une infection pulmonaire qui provoque une fièvre élevée et qui l'affaiblit. Les médecins ne souhaitent donc pas tenter de réveil avant que son état général soit favorable. "La situation nécessite la prudence", a commenté Frédéric Daerden à l'issue de son entretien avec les médecins. L'ancien ministre est placé sous respiration artificielle depuis 10 jours. Pour le soulager, et parce qu'ils ne connaissent pas la durée du coma, les médecins ont décidé ce samedi de pratiquer une trachéotomie. Celle-ci permet à l'air de pénétrer plus rapidement dans les poumons sans passer par les voies respiratoires supérieures, ce qui est moins inconfortable pour le patient qu'une ventilation nasale. La famille est toujours dans l'attente mais se veut optimiste. "Nous attendons une évolution que nous espérons positive dans les prochains jours", a conclu Frédéric Daerden. Levif.be, avec Belga