Elle faisait partie de ces voix dont on n'a pas besoin d'avoir les disques pour y être attaché. Claudine Luypaerts, alias Maurane, n'avait que 57 ans quand elle est décédée, le 7 mai, à son domicile schaerbeekois. La chanteuse venait d'effectuer son retour sur scène, après deux ans d'absence. Pour se relancer, elle avait choisi de se repencher sur le répertoire de Brel. C'est aussi en reprenant les chansons de cet autre Bruxellois " monté " à Paris, qu'elle s'était fait une première fois repérer, en 1979. Comme si la boucle était bouclée.
...

Elle faisait partie de ces voix dont on n'a pas besoin d'avoir les disques pour y être attaché. Claudine Luypaerts, alias Maurane, n'avait que 57 ans quand elle est décédée, le 7 mai, à son domicile schaerbeekois. La chanteuse venait d'effectuer son retour sur scène, après deux ans d'absence. Pour se relancer, elle avait choisi de se repencher sur le répertoire de Brel. C'est aussi en reprenant les chansons de cet autre Bruxellois " monté " à Paris, qu'elle s'était fait une première fois repérer, en 1979. Comme si la boucle était bouclée. De sa carrière, on oubliera trop souvent de parler de ses excursions récurrentes dans le jazz, son grand amour, pour ne retenir que ses éclats chansons-variétés. C'est de bonne guerre : c'est là qu'elle a glissé ses plus gros tubes : Sur un prélude de Bach, Toutes les mamas, ou Tu es mon autre, l'un de ses nombreux duos, ici avec Lara Fabian. Sur scène, elle aimait les troupes, joviale et pétillante. A la ville, on la disait plutôt solitaire, tourmentée. Invitée au début des années 2000 sur le plateau-confession de Michèle Cédric, à la RTBF, elle revenait sur la trajectoire d'Annie Girardot, actrice qui n'a pas forcément eu la carrière de son immense talent. On ne peut s'empêcher de penser que, de la même manière, la voix de Maurane méritait d'habiter encore bien d'autres chansons...