Les infirmiers et infirmières dénoncent depuis quelque temps des conditions de travail de plus en plus difficiles. Pour se faire entendre, la CNE avait lancé le "Mardi des blouses blanches", semblable au "Jeudi pour le climat" initié par les jeunes. L'initiative de la CNE a été rejointe par la CSC Services publics.

A la maison de repos du Pré Brion, les infirmières, quelques résidents et le directeur général du Centre hospitalier régional de Huy (CHRH) se sont installés à l'extérieur du bâtiment vers 11h00. "Outre la revalorisation salariale, nous demandons de meilleures conditions de travail et du personnel supplémentaire. Le personnel est tellement débordé qu'il court dans tous les sens sans avoir le temps de parler, de distraire ou d'accompagner les résidents. Or c'est aussi une de leurs fonctions. Il est important de revoir les normes", a expliqué Lina Cloostermans, secrétaire permanente de la CSC Services publics.

Les vacances n'arrangent rien à la problématique. Si le personnel soignant prend effectivement des congés, la maison de repos ne se vide pas pour autant de ses résidents, au contraire. "Le mouvement reprendra à la rentrée. D'ici là, nous allons distribuer des cartes aux infirmiers pour qu'ils fassent part de leurs revendications. Nous compilerons ces demandes en un dossier que nous transmettrons au prochain ministre compétent en la matière", a conclu Mme Cloostermans avant de se rendre à l'hôpital de la Citadelle à Liège.

Les infirmiers et infirmières dénoncent depuis quelque temps des conditions de travail de plus en plus difficiles. Pour se faire entendre, la CNE avait lancé le "Mardi des blouses blanches", semblable au "Jeudi pour le climat" initié par les jeunes. L'initiative de la CNE a été rejointe par la CSC Services publics. A la maison de repos du Pré Brion, les infirmières, quelques résidents et le directeur général du Centre hospitalier régional de Huy (CHRH) se sont installés à l'extérieur du bâtiment vers 11h00. "Outre la revalorisation salariale, nous demandons de meilleures conditions de travail et du personnel supplémentaire. Le personnel est tellement débordé qu'il court dans tous les sens sans avoir le temps de parler, de distraire ou d'accompagner les résidents. Or c'est aussi une de leurs fonctions. Il est important de revoir les normes", a expliqué Lina Cloostermans, secrétaire permanente de la CSC Services publics.Les vacances n'arrangent rien à la problématique. Si le personnel soignant prend effectivement des congés, la maison de repos ne se vide pas pour autant de ses résidents, au contraire. "Le mouvement reprendra à la rentrée. D'ici là, nous allons distribuer des cartes aux infirmiers pour qu'ils fassent part de leurs revendications. Nous compilerons ces demandes en un dossier que nous transmettrons au prochain ministre compétent en la matière", a conclu Mme Cloostermans avant de se rendre à l'hôpital de la Citadelle à Liège.