Marcel Habran, actuellement en liberté sous surveillance électronique, avait été condamné en 2010 devant les assises de Bruxelles, siégeant à Nivelles, à 15 ans d'emprisonnement pour l'attaque d'un fourgon de la Brink's commise en 1998 à Waremme. Thierry Dalem avait quant à lui écopé d'une peine de 25 ans de prison, en relation avec ces mêmes faits lors desquels deux des trois convoyeurs avaient été tués. Le procès à Nivelles était un "procès bis", le premier verdict ayant été cassé par la Cour de Cassation pour défaut de motivation.

Les deux hommes affirmaient ne pas avoir eu un procès équitable, car basé sur des témoignages de repentis ayant accepté de collaborer avec les autorités. La Cour européenne des droits de l'Homme a cependant souligné que les deux témoins repentis n'ont pas bénéficié de l'anonymat et que les défenses ont eu l'occasion de contester la fiabilité des témoignages lors de la procédure.

Marcel Habran, actuellement en liberté sous surveillance électronique, avait été condamné en 2010 devant les assises de Bruxelles, siégeant à Nivelles, à 15 ans d'emprisonnement pour l'attaque d'un fourgon de la Brink's commise en 1998 à Waremme. Thierry Dalem avait quant à lui écopé d'une peine de 25 ans de prison, en relation avec ces mêmes faits lors desquels deux des trois convoyeurs avaient été tués. Le procès à Nivelles était un "procès bis", le premier verdict ayant été cassé par la Cour de Cassation pour défaut de motivation. Les deux hommes affirmaient ne pas avoir eu un procès équitable, car basé sur des témoignages de repentis ayant accepté de collaborer avec les autorités. La Cour européenne des droits de l'Homme a cependant souligné que les deux témoins repentis n'ont pas bénéficié de l'anonymat et que les défenses ont eu l'occasion de contester la fiabilité des témoignages lors de la procédure.