Marc Van Ranst a été mis à l'abri après avoir été menacé par Jürgen Conings, le soldat d'extrême droite qui reste introuvable. Des menaces de mort sont également régulièrement adressées au virologue sur les réseaux sociaux. "Je dépose toujours une plainte auprès de la police", a-t-il affirmé.

Selon ce dernier, le Vlaams Belang et d'autres personnalités de droite ont créé "une pente glissante", à la suite de laquelle les menaces contre les virologues sont devenues acceptables. "Le message, c'est: vous pouvez insulter les virologues, vous pouvez tout faire avec eux", a-t-il regretté.

Toujours caché, Marc Van Ranst a enfin répété qu'il ne se laissait pas intimider. "Peu de choses changent pour le moment. Je peux continuer à travailler d'où je suis", a-t-il indiqué.

Marc Van Ranst a été mis à l'abri après avoir été menacé par Jürgen Conings, le soldat d'extrême droite qui reste introuvable. Des menaces de mort sont également régulièrement adressées au virologue sur les réseaux sociaux. "Je dépose toujours une plainte auprès de la police", a-t-il affirmé. Selon ce dernier, le Vlaams Belang et d'autres personnalités de droite ont créé "une pente glissante", à la suite de laquelle les menaces contre les virologues sont devenues acceptables. "Le message, c'est: vous pouvez insulter les virologues, vous pouvez tout faire avec eux", a-t-il regretté. Toujours caché, Marc Van Ranst a enfin répété qu'il ne se laissait pas intimider. "Peu de choses changent pour le moment. Je peux continuer à travailler d'où je suis", a-t-il indiqué.