Si les jeunes étaient moins nombreux que jeudi dernier, ils n'en étaient pas moins déterminés. "Nous avons réussi à placer le climat au rang des priorités politiques", s'est félicitée la co-organisatrice des "grèves scolaires", Anuna De Wever. "La question n'est plus de savoir si nous atteindrons les objectifs climatiques, mais quelles seront les solutions mises en oeuvre pour y arriver." Sur les pancartes des marcheurs, souvent empruntes d'humour, on pouvait lire: "T'es bonne sans carbone", "le climat c'est comme la bière, plus il est chaud, moins c'est bon", ou encore "No pollution is the solution". Au centre de leurs préoccupations, les jeunes citent pêle-mêle: le plastique, l'accumulation des déchets, la pollution de l'air, le coût élevé des transports publics, le régime fiscal favorable aux voitures de société ou encore l'absence de taxation du kérosène, "des absurdités qui ne font que renforcer l'urgence climatique", affirme en choeur un groupe d'étudiantes de l'UCL. "Il y a plein d'initiatives citoyennes qui voient le jour un peu partout pour amorcer la transition, consommer ou se déplacer autrement. Il est temps que les politiques dégagent un budget suffisant pour les soutenir", estime Anne, autre étudiante venue en renfort des élèves du secondaire. Lors de leur première action, le 10 janvier, les élèves qui "brossent les cours pour le climat" à l'appel du mouvement "Youth For Climate", étaient 3.000 dans les rues de Bruxelles. Le jeudi suivant, 17.000, pour finalement atteindre 35.000 jeudi dernier.

Trois fois plus de monde que prévu à la manifestation pour le climat à Liège

Plus de 15.000 étudiants ont défilé dans les rues de Liège et ont manifesté pour le climat jeudi, selon une nouvelle estimation fournie par la police. Panneaux, banderoles, cris... Les moyens d'expression n'ont pas manqué pour faire entendre leur mécontentement face aux politiques menées actuellement.

Le cortège d'environ 15.000 personnes a démarré de la place des Guillemins à 10h30 pour se diriger vers la place du Marché, en passant par la rue des Guillemins, les boulevards d'Avroy et de la Sauvenière, la rue Joffre et la place Saint-Lambert. Les organisateurs de la version liégeoise de la marche des étudiants pour le climat espéraient réunir 5.000 personnes. Ils avaient par ailleurs déjà négocié avec plus d'une vingtaine d'établissements scolaires pour permettre la participation de ces étudiants. La Ville de Liège avait manifesté son soutien en soulignant qu'aucun élève absent ce jour ne serait sanctionné. La mobilisation ne semble ainsi pas faiblir, au contraire, puisque des écoles primaires se sont jointes au mouvement auquel participent principalement des élèves du secondaire et du supérieur.