L'icône salafiste, condamnée en mai dernier à huit ans de prison pour avoir dirigé un groupe terroriste, plaide qu'elle n'a fait qu'exercer son droit à la liberté de parole et de religion en exhortant les hommes, sur Internet, à rejoindre le saint combat des talibans, en Afghanistan, contre les forces alliées de l'Otan. Le djihad défensif est autorisé par la charia, rappelle-t-elle. Et la guerre contre ses propres soldats, va plaider le parquet fédéral ?

Malika est, en effet, belgo-marocaine et la Belgique, membre de l'Otan. Des neuf prévenus du procès de première instance, elle est la seule, avec Muhammed Bastin (condamné à quarante mois de prison avec sursis partiel) à avoir interjeté appel de son jugement. Le verdict de la cour d'appel est attendu prochainement.

M.-C.R.

L'icône salafiste, condamnée en mai dernier à huit ans de prison pour avoir dirigé un groupe terroriste, plaide qu'elle n'a fait qu'exercer son droit à la liberté de parole et de religion en exhortant les hommes, sur Internet, à rejoindre le saint combat des talibans, en Afghanistan, contre les forces alliées de l'Otan. Le djihad défensif est autorisé par la charia, rappelle-t-elle. Et la guerre contre ses propres soldats, va plaider le parquet fédéral ? Malika est, en effet, belgo-marocaine et la Belgique, membre de l'Otan. Des neuf prévenus du procès de première instance, elle est la seule, avec Muhammed Bastin (condamné à quarante mois de prison avec sursis partiel) à avoir interjeté appel de son jugement. Le verdict de la cour d'appel est attendu prochainement. M.-C.R.