Ce document vient d'être validé par le gouvernement wallon. "C'est clair que ces titres-services ont un coût et que l'impact budgétaire doit être maîtrisé. Mais il ne faut pas prendre de décisions qui pourraient mettre à mal ce dispositif", a réagi mercredi soir le ministre wallon de l'Economie, Pierre-Yves Jeholet (MR).

"Les titres-services permettent de lutter contre le travail au noir, rapprochent de l'emploi un public qui en est éloigné et répondent à un besoin des ménages. Il ne faudrait pas que des décisions mettent à mal leur philosophie", a indiqué le ministre alors que se pose la question de la "soutenabilité" du système, à terme, pour les autorités wallonnes. "Nous devons veiller à ce que les titres-services restent attractifs pour les ménages tout en maîtrisant l'enveloppe budgétaire", a poursuivi Pierre-Yves Jeholet.

Dans ce cadre, l'exécutif wallon travaille avec le Forem à une évaluation du mécanisme sur l'année 2017, avec une attention particulière portée à la maîtrise budgétaire et à l'impact de différents scénarios. "Je ne prends pas le rapport d'Idea pour argent comptant. J'attends des chiffres plus précis, basés sur l'année 2017 mais il y a de toute façon un équilibre à garder pour ne pas mettre à mal un dispositif qui a tout son sens", a conclu le ministre.

Ce document vient d'être validé par le gouvernement wallon. "C'est clair que ces titres-services ont un coût et que l'impact budgétaire doit être maîtrisé. Mais il ne faut pas prendre de décisions qui pourraient mettre à mal ce dispositif", a réagi mercredi soir le ministre wallon de l'Economie, Pierre-Yves Jeholet (MR)."Les titres-services permettent de lutter contre le travail au noir, rapprochent de l'emploi un public qui en est éloigné et répondent à un besoin des ménages. Il ne faudrait pas que des décisions mettent à mal leur philosophie", a indiqué le ministre alors que se pose la question de la "soutenabilité" du système, à terme, pour les autorités wallonnes. "Nous devons veiller à ce que les titres-services restent attractifs pour les ménages tout en maîtrisant l'enveloppe budgétaire", a poursuivi Pierre-Yves Jeholet. Dans ce cadre, l'exécutif wallon travaille avec le Forem à une évaluation du mécanisme sur l'année 2017, avec une attention particulière portée à la maîtrise budgétaire et à l'impact de différents scénarios. "Je ne prends pas le rapport d'Idea pour argent comptant. J'attends des chiffres plus précis, basés sur l'année 2017 mais il y a de toute façon un équilibre à garder pour ne pas mettre à mal un dispositif qui a tout son sens", a conclu le ministre.