Les experts de l'Université d'Anvers, de la KULeuven, la VUB, l'UCLouvain et l'ULB ont commencé par classer les partis sur un double axe gauche-droite: l'axe socio-économique classique et l'axe socio-culturel qui reprend des thèmes tels que la migration, la criminalité, l'environnement, l'émancipation. Les partis politiques ont été positionnés sur ces axes en fonction des réponses fournies pour le test électoral proposé par plusieurs médias pendant la campagne.

Pour analyser les opinions réelles des Belges, au-delà du choix d'un parti, les chercheurs ont soumis une série de propositions tirées du test électoral à un échantillon d'électeurs flamands (3.405 personnes sondées) et wallons (3.103) durant la période préélectorale (Bruxelles n'a pas été étudiée).

On remarque que, "en ce qui concerne les opinions politiques de ces deux électorats, les écarts sont nettement moins importants" que ce que le résultat des urnes a laissé entrevoir, "même si les Wallons se placent un peu plus à gauche que les Flamands".

Sur une échelle de 0 (gauche) à 10 (droite), les Wallons se situent à 4,97 et les Flamands, à 5,56. L'écart est bien différent du gouffre séparant les résultats des urnes au Nord et au Sud.

Par exemple, quant à savoir "s'il faut instaurer une pension de retraite de 1.500 euros minimum par mois", tant les Flamands que les Wallons adoptent un positionnement très à gauche (en l'occurrence, favorable à la proposition). Constat similaire sur le maintien de l'indexation automatique des salaires.

Là où une différence nette apparaît, c'est sur la question migratoire. Flamands et Wallons s'entendent sur les grands enjeux - "les deux électorats se situent clairement à droite". Mais ils se distinguent sur les mesures concrètes à mettre en oeuvre pour gérer les flux migratoires.