La couverture vaccinale augmente avec l'âge du personnel des établissements de soins, fait savoir mercredi le Centre fédéral d'Expertise des Soins de santé (KCE) dans un communiqué. Les employés des catégories d'âge les plus jeunes (18-34 et 35-44 ans) représentent deux tiers du personnel non vacciné, ressort-il de la nouvelle analyse du KCE sur la couverture vaccinale du personnel des hôpitaux et des maisons de repos et de soins contre le Covid-19.

"Lorsqu'on analyse l'ensemble du personnel non vacciné, on constate que les employés des établissements de soins de santé wallons et bruxellois constituent respectivement 53,1% et 24,1% des non vaccinés. En chiffres absolus, c'est donc dans les établissements de soins wallons que l'on trouve la plus grande part de personnel non vacciné. Les 22,8% restants travaillent en Flandre", fait remarquer le KCE dans son analyse.

Les résultats révèlent aussi que la couverture vaccinale dans toutes les régions est plus élevée dans les hôpitaux que dans les maisons de repos et les maisons de repos et de soins (MR/MRS). La couverture vaccinale est aussi nettement plus élevée dans les établissements de soins de Flandre que dans ceux de Wallonie et de Bruxelles-Capitale. Dans les MR/MRS, le pourcentage d'employés entièrement vaccinés est de 93,8% en Flandre, de 78,5% en Wallonie et de 66,9% à Bruxelles-Capitale. Dans les hôpitaux, ce pourcentage est de 96,5% en Flandre, de 83,9% en Wallonie et de 84,6% à Bruxelles-Capitale. A l'échelon national, la couverture vaccinale du personnel est de 90,6% dans les hôpitaux et 86,9 dans les MR/MRS.

"Je ne comprends pas que seulement 67% du personnel des maisons de repos de Bruxelles soit vacciné. Si l'immunité des résidents venait à baisser, on aura une bombe à retardement et il faudra de nouveau craindre des épidémies dans les centres de soins de Bruxelles. Il est indispensable d'injecter une troisième dose au résidents de maisons de repos bruxelloises", réagit le virologue Marc Van Ranst dans le quotidien De Morgen.

Le KCE indique par ailleurs que plus de la moitié des établissements de soins flamands atteignent une couverture vaccinale de 95%, un taux exceptionnel dans les autres régions. En Wallonie et à Bruxelles, pratiquement aucun établissement de soins n'atteint ces 95% (un hôpital en Wallonie, un autre à Bruxelles, 16 MR/MRS en Wallonie et aucune à Bruxelles).

Enfin, les résultats illustrent le fait que le taux de couverture vaccinale du personnel des hôpitaux est plus élevé que celui de la population générale du même âge dans les trois régions. En Flandre, c'est également le cas pour le personnel des MR/MRS. Par contre, en Wallonie et à Bruxelles-Capitale, la couverture vaccinale du personnel des MR/MRS est au même niveau que celui de la population générale.

Cette analyse a été réalisée à la demande de la Task Force Vaccination. Les résultats, anonymisés, ont pu être obtenus en couplant les données de l'ONSS (employeurs) et celles de VaccinNet+ via la plateforme eHealth. La distinction entre le personnel soignant et non soignant n'a pas pu être prise en compte et seuls les travailleurs salariés ont pu être repris dans l'analyse.

La couverture vaccinale augmente avec l'âge du personnel des établissements de soins, fait savoir mercredi le Centre fédéral d'Expertise des Soins de santé (KCE) dans un communiqué. Les employés des catégories d'âge les plus jeunes (18-34 et 35-44 ans) représentent deux tiers du personnel non vacciné, ressort-il de la nouvelle analyse du KCE sur la couverture vaccinale du personnel des hôpitaux et des maisons de repos et de soins contre le Covid-19."Lorsqu'on analyse l'ensemble du personnel non vacciné, on constate que les employés des établissements de soins de santé wallons et bruxellois constituent respectivement 53,1% et 24,1% des non vaccinés. En chiffres absolus, c'est donc dans les établissements de soins wallons que l'on trouve la plus grande part de personnel non vacciné. Les 22,8% restants travaillent en Flandre", fait remarquer le KCE dans son analyse. Les résultats révèlent aussi que la couverture vaccinale dans toutes les régions est plus élevée dans les hôpitaux que dans les maisons de repos et les maisons de repos et de soins (MR/MRS). La couverture vaccinale est aussi nettement plus élevée dans les établissements de soins de Flandre que dans ceux de Wallonie et de Bruxelles-Capitale. Dans les MR/MRS, le pourcentage d'employés entièrement vaccinés est de 93,8% en Flandre, de 78,5% en Wallonie et de 66,9% à Bruxelles-Capitale. Dans les hôpitaux, ce pourcentage est de 96,5% en Flandre, de 83,9% en Wallonie et de 84,6% à Bruxelles-Capitale. A l'échelon national, la couverture vaccinale du personnel est de 90,6% dans les hôpitaux et 86,9 dans les MR/MRS."Je ne comprends pas que seulement 67% du personnel des maisons de repos de Bruxelles soit vacciné. Si l'immunité des résidents venait à baisser, on aura une bombe à retardement et il faudra de nouveau craindre des épidémies dans les centres de soins de Bruxelles. Il est indispensable d'injecter une troisième dose au résidents de maisons de repos bruxelloises", réagit le virologue Marc Van Ranst dans le quotidien De Morgen. Le KCE indique par ailleurs que plus de la moitié des établissements de soins flamands atteignent une couverture vaccinale de 95%, un taux exceptionnel dans les autres régions. En Wallonie et à Bruxelles, pratiquement aucun établissement de soins n'atteint ces 95% (un hôpital en Wallonie, un autre à Bruxelles, 16 MR/MRS en Wallonie et aucune à Bruxelles). Enfin, les résultats illustrent le fait que le taux de couverture vaccinale du personnel des hôpitaux est plus élevé que celui de la population générale du même âge dans les trois régions. En Flandre, c'est également le cas pour le personnel des MR/MRS. Par contre, en Wallonie et à Bruxelles-Capitale, la couverture vaccinale du personnel des MR/MRS est au même niveau que celui de la population générale. Cette analyse a été réalisée à la demande de la Task Force Vaccination. Les résultats, anonymisés, ont pu être obtenus en couplant les données de l'ONSS (employeurs) et celles de VaccinNet+ via la plateforme eHealth. La distinction entre le personnel soignant et non soignant n'a pas pu être prise en compte et seuls les travailleurs salariés ont pu être repris dans l'analyse.