Paul Magnette et Conner Rousseau, présidents du PS et du SP.A, ont terminé leur tour de consultations informelles en vue de déminer le terrain pour la formation d'un prochain gouvernemenrt fédéral majoitaire de plein exercice. Les deux hommes ont remis un "rapport final" à Sophie Wilmès (MR), Première ministre, et souhaitent qu'elle prenne désormais les choses en main. Paul Magnette et Conner Rousseau évoquent tous deux sur Twitter une "réunion constructive" avec la Première ministre, sans donner davantage de précisions. D'autres voix se sont déjà élevées pour solliciter la locataire du Seize, dont le chef de file N-VA à la Chambre, Peter De Roover (N-VA).

La principale intéressée n'a pas accepté l'offre et temporise, en l'état, estimant que le travail préparatoire n'est pas assez consistant et que la séquence n'est pas terminée. Dans son entourage, on murmure depuis plusieurs jours que Wilmès n'accepterait, le cas échéant, une telle mission que si les chances de réussite sont importantes. Or, si un dialogue entre la N-VA et le PS semble désormais possible dans les deux camps, il reste encore quantité de déclarations sur les majorités possibles.

Conner Rousseau s'est exprimé à la VTM en ces termes: "Nous avons eu une bonne discussion cet après-midi au cours de laquelle il était très clair qu'elle est la personne indiquée, et la seule, qui puisse en fait endosser le rôle de formateur". Concrètement, le président du sp.a s'attend à ce que Mme Wilmès "fasse le bon pas et rassemble les bonnes personnes". "Elle peut maintenant prendre l'initiative de passer à l'étape suivante. Et elle peut prendre le temps d'étudier ce rapport en profondeur". Rousseau a aussi souligné que Mme Wilmès devra demander la confiance au parlement le 26 septembre. "Parce que ce gouvernement minoritaire, ces 38 sièges, ne sont pas suffisants pour former un gouvernement de plein exercice et stable"

Selon nos informations, le "rapport final" Magnette-Rousseau évoquerait bien des partenaires potentiels, mais ceux-ci n'auraient pas encore donné leur feu vert à une formation gouvernementale. La Première ministre n'accepterait de se lancer que si il y a une volonté ferme d'avancer dans le chef de tous les partenaires autour de la table.

Paul Magnette et Conner Rousseau, présidents du PS et du SP.A, ont terminé leur tour de consultations informelles en vue de déminer le terrain pour la formation d'un prochain gouvernemenrt fédéral majoitaire de plein exercice. Les deux hommes ont remis un "rapport final" à Sophie Wilmès (MR), Première ministre, et souhaitent qu'elle prenne désormais les choses en main. Paul Magnette et Conner Rousseau évoquent tous deux sur Twitter une "réunion constructive" avec la Première ministre, sans donner davantage de précisions. D'autres voix se sont déjà élevées pour solliciter la locataire du Seize, dont le chef de file N-VA à la Chambre, Peter De Roover (N-VA).La principale intéressée n'a pas accepté l'offre et temporise, en l'état, estimant que le travail préparatoire n'est pas assez consistant et que la séquence n'est pas terminée. Dans son entourage, on murmure depuis plusieurs jours que Wilmès n'accepterait, le cas échéant, une telle mission que si les chances de réussite sont importantes. Or, si un dialogue entre la N-VA et le PS semble désormais possible dans les deux camps, il reste encore quantité de déclarations sur les majorités possibles. Conner Rousseau s'est exprimé à la VTM en ces termes: "Nous avons eu une bonne discussion cet après-midi au cours de laquelle il était très clair qu'elle est la personne indiquée, et la seule, qui puisse en fait endosser le rôle de formateur". Concrètement, le président du sp.a s'attend à ce que Mme Wilmès "fasse le bon pas et rassemble les bonnes personnes". "Elle peut maintenant prendre l'initiative de passer à l'étape suivante. Et elle peut prendre le temps d'étudier ce rapport en profondeur". Rousseau a aussi souligné que Mme Wilmès devra demander la confiance au parlement le 26 septembre. "Parce que ce gouvernement minoritaire, ces 38 sièges, ne sont pas suffisants pour former un gouvernement de plein exercice et stable"Selon nos informations, le "rapport final" Magnette-Rousseau évoquerait bien des partenaires potentiels, mais ceux-ci n'auraient pas encore donné leur feu vert à une formation gouvernementale. La Première ministre n'accepterait de se lancer que si il y a une volonté ferme d'avancer dans le chef de tous les partenaires autour de la table.