Caroline Depuydt, médecin-chef de service à l'hôpital psychiatrique Epsylon à Bruxelles, vient tout juste de recevoir sa première dose du vaccin anti-covid Pfizer. Elle fait partie des groupes prioritaires en tant que médecin de première ligne. Après sa vaccination, elle exprime sa joie via un tweet accompagné d'un danseur et d'un soleil.

Ce tweet bien innocent va provoquer une réaction pour le moins bizarre de Maggie De Block, chef de file de l'Open Vld à la chambre en ancienne ministre de la Santé. Il semble que Maggie De Block n'y a pas vu qu'un message positif exprimant simplement de la joie et a pris les emojis au pied de la lettre puisqu'elle lui a vertement rétorqué que "en tant que médecin, vous avez été vacciné en priorité pour pouvoir aider les patients, et non pour danser."

., None
. © None

Cette sortie inutilement agressive a provoqué l'indignation de madame Depuydt : "Oh mon dieu ! Que croyez-vous que je fais non-stop depuis 20 ans en général et depuis un an avec la crise Covid: j'ai annulé la moitié de mes vacances, j'ai géré plusieurs clusters dans l'unité de soins, une augmentation des mises en observation sans moyens supplémentaires. Quand je parle de plus de liberté, je parle de liberté pour les citoyens belges grâce à l'immunité collective et à la vaccination. Votre remarque est inutilement blessante et humiliante, je ne vous en remercie pas alors que je me donne sans compter depuis des mois et des mois"

Maggie De Block, en tentant de se défendre, argue alors que, selon elle, le tweet de Depuydt a donné "un mauvais signal".

"Et bien votre message envoie un signal encore plus faux" lui rétorque alors Caroline Depuydt. "Sachez-le également. Je crois que ceux qui me connaissent savent que je soutiens le vaccin, non pas pour des raisons personnelles, mais pour le bien commun et puis espérer vivre mieux n'est pas un mal."

En guise de conclusion, mais pas d'excuse, Maggie De Block s'est alors simplement fendue d'un laconique: "Votre message est maintenant clair après de nombreux longs tweets, merci pour la rectification".

Entre-temps, madame Depuydt a reçu un déluge de soutien sur Twitter, notamment de Leila Belkhir, Philippe Devos (deux médecins NDLR) et même de politiques comme Catherine Fonck ou Céline Frémault.

De quoi convaincre Maggie De Block d'effacer son tweet polémique et d'enfin reconnaître son erreur: "Il est juste que les prestataires de soins de santé soient vaccinés en priorité. Apparemment, j'ai mal interprété votre message. Passez une bonne soirée. La sécurité avant tout."

Caroline Depuydt, médecin-chef de service à l'hôpital psychiatrique Epsylon à Bruxelles, vient tout juste de recevoir sa première dose du vaccin anti-covid Pfizer. Elle fait partie des groupes prioritaires en tant que médecin de première ligne. Après sa vaccination, elle exprime sa joie via un tweet accompagné d'un danseur et d'un soleil. Ce tweet bien innocent va provoquer une réaction pour le moins bizarre de Maggie De Block, chef de file de l'Open Vld à la chambre en ancienne ministre de la Santé. Il semble que Maggie De Block n'y a pas vu qu'un message positif exprimant simplement de la joie et a pris les emojis au pied de la lettre puisqu'elle lui a vertement rétorqué que "en tant que médecin, vous avez été vacciné en priorité pour pouvoir aider les patients, et non pour danser."Cette sortie inutilement agressive a provoqué l'indignation de madame Depuydt : "Oh mon dieu ! Que croyez-vous que je fais non-stop depuis 20 ans en général et depuis un an avec la crise Covid: j'ai annulé la moitié de mes vacances, j'ai géré plusieurs clusters dans l'unité de soins, une augmentation des mises en observation sans moyens supplémentaires. Quand je parle de plus de liberté, je parle de liberté pour les citoyens belges grâce à l'immunité collective et à la vaccination. Votre remarque est inutilement blessante et humiliante, je ne vous en remercie pas alors que je me donne sans compter depuis des mois et des mois" Maggie De Block, en tentant de se défendre, argue alors que, selon elle, le tweet de Depuydt a donné "un mauvais signal". "Et bien votre message envoie un signal encore plus faux" lui rétorque alors Caroline Depuydt. "Sachez-le également. Je crois que ceux qui me connaissent savent que je soutiens le vaccin, non pas pour des raisons personnelles, mais pour le bien commun et puis espérer vivre mieux n'est pas un mal."En guise de conclusion, mais pas d'excuse, Maggie De Block s'est alors simplement fendue d'un laconique: "Votre message est maintenant clair après de nombreux longs tweets, merci pour la rectification". Entre-temps, madame Depuydt a reçu un déluge de soutien sur Twitter, notamment de Leila Belkhir, Philippe Devos (deux médecins NDLR) et même de politiques comme Catherine Fonck ou Céline Frémault. De quoi convaincre Maggie De Block d'effacer son tweet polémique et d'enfin reconnaître son erreur: "Il est juste que les prestataires de soins de santé soient vaccinés en priorité. Apparemment, j'ai mal interprété votre message. Passez une bonne soirée. La sécurité avant tout."