En février dernier, Actiris avait fait part de sa volonté d'autoriser les personnes sans titre de séjour à s'inscrire auprès d'elle afin d'accéder à une formation professionnelle pour les métiers en pénurie.

Si cette piste est toujours examinée du côté d'Actiris, elle a été balayée par Maggie De Block. "Cela reviendrait à une régularisation collective", ce dont elle ne veut pas.

Theo Francken, son prédécesseur au gouvernement, ne dit pas autre chose. "Pas de régularisation collective, pas même par la porte de derrière", a-t-il ainsi tweeté.

En février dernier, Actiris avait fait part de sa volonté d'autoriser les personnes sans titre de séjour à s'inscrire auprès d'elle afin d'accéder à une formation professionnelle pour les métiers en pénurie.Si cette piste est toujours examinée du côté d'Actiris, elle a été balayée par Maggie De Block. "Cela reviendrait à une régularisation collective", ce dont elle ne veut pas.Theo Francken, son prédécesseur au gouvernement, ne dit pas autre chose. "Pas de régularisation collective, pas même par la porte de derrière", a-t-il ainsi tweeté.