"Les trois dimensions sont importantes et le rapprochement que j'ai l'occasion d'organiser entre les deux départements va nous permettre de continuer à travailler" ensemble, a-t-il affirmé à l'agence Belga à l'occasion de sa première visite à l'état-major de la Défense à Evere, où il a rencontré les principaux responsables militaires.

"On le fait déjà", a souligné le nouveau ministre de la Défense, en insistant sur sa volonté d'"intégrer mieux les deux démarches", notamment lorsque la Belgique siègera, à partir du 1er janvier prochain, comme membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU.

M. Reynders (MR) a hérité du portefeuille de la Défense dimanche dernier, succédant - après la démission des ministres fédéraux N-VA - à Sander Loones, qui n'aura occupé la fonction que durant trois semaines.

Il a été accueilli très sobrement - une simple garde d'honneur, de quelques militaires, en l'absence de détachements et de drapeau - à Evere par le chef de la Défense, le général Marc Compernol, de retour d'une visite de plusieurs jours aux troupes belges en opération à l'étranger.

"Les trois dimensions sont importantes et le rapprochement que j'ai l'occasion d'organiser entre les deux départements va nous permettre de continuer à travailler" ensemble, a-t-il affirmé à l'agence Belga à l'occasion de sa première visite à l'état-major de la Défense à Evere, où il a rencontré les principaux responsables militaires. "On le fait déjà", a souligné le nouveau ministre de la Défense, en insistant sur sa volonté d'"intégrer mieux les deux démarches", notamment lorsque la Belgique siègera, à partir du 1er janvier prochain, comme membre non permanent du Conseil de sécurité de l'ONU. M. Reynders (MR) a hérité du portefeuille de la Défense dimanche dernier, succédant - après la démission des ministres fédéraux N-VA - à Sander Loones, qui n'aura occupé la fonction que durant trois semaines. Il a été accueilli très sobrement - une simple garde d'honneur, de quelques militaires, en l'absence de détachements et de drapeau - à Evere par le chef de la Défense, le général Marc Compernol, de retour d'une visite de plusieurs jours aux troupes belges en opération à l'étranger.