Elles ont adressé une lettre envoyée au ministre sortant de la Défense, Philippe Goffin (MR), à l'approche du nouveau déploiement de quatre avions de chasse F-16 belges en Jordanie - ils y sont arrivés mardi et doivent être opérationnels jeudi - pour participer durant douze mois à l'opération "Inherent Resolve" (OIR).

Ces organisations prient "instamment" le gouvernement belge de prendre des mesures urgentes pour améliorer sa transparence et sa responsabilité en ce qui concerne les éventuelles victimes civiles, ont-elles expliqué dans un communiqué.

Selon le groupe de surveillance international Airwars, la Belgique s'est révélée, lors de précédentes interventions, comme "l'un des pays les moins transparents de la coalition internationale" anti-EI dirigée par les Etats-Unis et il n'existe aucun mécanisme de responsabilisation vis-à-vis des victimes civiles potentielles.

Ces onze OSC belges et internationales ont instamment prié le gouvernement belge une amélioration immédiate de son bilan à cet égard.

Elles invitent le gouvernement à prendre plusieurs mesures concrètes, comme la publication de la date exacte et du lieu précis de tous les raids aériens belges effectués dans le cadre de la lutte contre l'État islamique et la publication des résultats de toutes les enquêtes sur les victimes civiles - y compris les données, la localisation, les cibles et le nombre de victimes civiles des actions militaires.

Elles souhaitent aussi que la Belgique collabore avec les parties extérieures, y compris des ONG, en élaborant des normes relatives aux critères minimaux auxquels doivent répondre les plaintes extérieures concernant des victimes civiles afin que le ministère de la Défense puisse les évaluer et introduise ou soutienne un mécanisme permettant aux victimes potentielles des bombardements de la coalition de se manifester.

Ces onze OSC sont 11.11.11, Agir pour la Paix, Airwars, Amnesty International Belgique, le CNAPD, le GRIP, Humanité & Inclusion, Oxfam Belgique, Pax Christi Flandres, Vredesactie et Vrede vzw.

Elles ont adressé une lettre envoyée au ministre sortant de la Défense, Philippe Goffin (MR), à l'approche du nouveau déploiement de quatre avions de chasse F-16 belges en Jordanie - ils y sont arrivés mardi et doivent être opérationnels jeudi - pour participer durant douze mois à l'opération "Inherent Resolve" (OIR). Ces organisations prient "instamment" le gouvernement belge de prendre des mesures urgentes pour améliorer sa transparence et sa responsabilité en ce qui concerne les éventuelles victimes civiles, ont-elles expliqué dans un communiqué.Selon le groupe de surveillance international Airwars, la Belgique s'est révélée, lors de précédentes interventions, comme "l'un des pays les moins transparents de la coalition internationale" anti-EI dirigée par les Etats-Unis et il n'existe aucun mécanisme de responsabilisation vis-à-vis des victimes civiles potentielles. Ces onze OSC belges et internationales ont instamment prié le gouvernement belge une amélioration immédiate de son bilan à cet égard. Elles invitent le gouvernement à prendre plusieurs mesures concrètes, comme la publication de la date exacte et du lieu précis de tous les raids aériens belges effectués dans le cadre de la lutte contre l'État islamique et la publication des résultats de toutes les enquêtes sur les victimes civiles - y compris les données, la localisation, les cibles et le nombre de victimes civiles des actions militaires. Elles souhaitent aussi que la Belgique collabore avec les parties extérieures, y compris des ONG, en élaborant des normes relatives aux critères minimaux auxquels doivent répondre les plaintes extérieures concernant des victimes civiles afin que le ministère de la Défense puisse les évaluer et introduise ou soutienne un mécanisme permettant aux victimes potentielles des bombardements de la coalition de se manifester.