Les autres accusés ont reçu des amendes allant de 400 à 1.000 euros, auxquelles s'ajoutent les frais de justice, qui s'élèvent à environ 300 euros. Un des accusés a été acquitté.

Depuis le deuxième confinement, le tribunal d'Anvers condamne plus sévèrement les personnes participant à des fêtes illégales. Ces personnes sont immédiatement convoquées devant le tribunal de police et ce, dès l'âge de 18 ans. Le 14, 15 et 16 décembre, ont eu lieu les trois premières audiences thématiques autour de ces "lockdown parties".

Le procureur a ensuite accusé les fêtards de se comporter de manière "antisociale, égoïste et immorale". "Nous devons donner un signal fort, ces fêtes sont un danger pour la santé publique et contribuent à l'augmentation du nombre d'infections", a-t-il souligné.

Les autres accusés ont reçu des amendes allant de 400 à 1.000 euros, auxquelles s'ajoutent les frais de justice, qui s'élèvent à environ 300 euros. Un des accusés a été acquitté.Depuis le deuxième confinement, le tribunal d'Anvers condamne plus sévèrement les personnes participant à des fêtes illégales. Ces personnes sont immédiatement convoquées devant le tribunal de police et ce, dès l'âge de 18 ans. Le 14, 15 et 16 décembre, ont eu lieu les trois premières audiences thématiques autour de ces "lockdown parties". Le procureur a ensuite accusé les fêtards de se comporter de manière "antisociale, égoïste et immorale". "Nous devons donner un signal fort, ces fêtes sont un danger pour la santé publique et contribuent à l'augmentation du nombre d'infections", a-t-il souligné.