Les gens faisaient la file jusque dans la rue pour recevoir l'un des 750 casques distribués gratuitement pour promouvoir la sécurité en trottinette. Ils ont pu également s'essayer à sa pratique en présence d'instructeurs le long d'un parcours balisé, déployé sur deux niveaux.

Lors de l'événement, les utilisateurs ont été incités à signer une charte de bonne conduite, qui rappelle par exemple de ne pas rouler sur le trottoir, de porter un casque, d'être courtois ou encore de se rendre visible avec du matériel fluo. "Les trottinettes partagées sont une partie de la solution à condition que chacun respecte le code de la route", a rappelé Bianca Debaets, secrétaire d'Etat bruxelloise à la Sécurité routière.

La position debout favorise les chocs frontaux en cas de chute. "Même à vitesse réduite, un impact mal placé peut faire beaucoup de dégâts", a souligné Benoit Godart, porte-parole de Vias. "La Commission Infrastructure de la Chambre a approuvé le relèvement de la vitesse maximale de 18 km/h à 25 km/h".

Une enquête a été réalisée par Lime auprès de plus de 2.000 utilisateurs. Il ressort que 35% des répondants déclarent utiliser moins souvent leur voiture et que 71% d'entre eux attribuent leur sentiment d'insécurité à une mauvaise qualité de l'infrastructure et ou à l'absence de pistes cyclables.

Une trentaine d'utilisateurs seront équipés d'un instrument leur permettant de signaler la position des infrastructures mal adaptées rencontrées sur leurs trajets durant une période test. "Bruxelles manque de pistes cyclables et l'objectif de ce projet smart city est d'encourager cela et d'arriver avec des données réelles, puisqu'on pense que la mobilité douce est amenée à se développer de manière exponentielle", a déclaré Benjamin Barnathan, General Manager Benelux chez Lime.

Plus de 1.200 trottinettes électriques sont disponibles dans 16 des 19 communes de Bruxelles. En cinq mois depuis le lancement de Lime, les 125.000 utilisateurs ont parcouru plus de 700.000 trajets.