Le débat en Flandre concernant une privatisation des intercommunales a été ouvert il y a quelques jours, dans le foulée de la médiatisation du dossier Publifin. L'Open Vld souhaite que dans le décret sur l'administration locale que la ministre prépare, une ouverture soit faite à une privatisation et une entrée en Bourse des intercommunales.

Vendredi, le ministre-président flamand Geert Bourgeois avait déclaré, à l'issue de la réunion de son gouvernement, qu'il n'y avait pas de lien entre la discussion sur la privatisation et le décret.

Dans l'édition de samedi du quotidien "De Tijd", la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, a exigé une telle ouverture décrétale.

Pour Liesbeth Homans, une privatisation complète des intercommunales n'est pas une bonne idée, par exemple si l'on s'en réfère à Electrabel. "Cette entreprise nous pompe littéralement. Je ne pense pas que cela soit une bonne histoire. Une privatisation complète n'est pas bonne parce que je trouve que le pouvoir public doit toujours avoir quelques chose à dire", a jugé la ministre N-VA.

Aux yeux de Mme Homans, une entrée partielle en Bourse constitue un autre aspect de la problématique, même si elle se pose des questions sur l'impact de la durée de vie des intercommunales (18 ans) sur le cours des actions et sur l'accès à ces actions. "Si vous autorisez l'accès en Bourse, autoriserez-vous que tout le monde y ait accès, mais pas les Chinois? ", a-t-elle ajouté, faisant allusion à la saga concernant Eandis, et à l'entrée dans le capital de l'entreprise d'Etat chinoise State Grid.

Le débat en Flandre concernant une privatisation des intercommunales a été ouvert il y a quelques jours, dans le foulée de la médiatisation du dossier Publifin. L'Open Vld souhaite que dans le décret sur l'administration locale que la ministre prépare, une ouverture soit faite à une privatisation et une entrée en Bourse des intercommunales. Vendredi, le ministre-président flamand Geert Bourgeois avait déclaré, à l'issue de la réunion de son gouvernement, qu'il n'y avait pas de lien entre la discussion sur la privatisation et le décret. Dans l'édition de samedi du quotidien "De Tijd", la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, a exigé une telle ouverture décrétale. Pour Liesbeth Homans, une privatisation complète des intercommunales n'est pas une bonne idée, par exemple si l'on s'en réfère à Electrabel. "Cette entreprise nous pompe littéralement. Je ne pense pas que cela soit une bonne histoire. Une privatisation complète n'est pas bonne parce que je trouve que le pouvoir public doit toujours avoir quelques chose à dire", a jugé la ministre N-VA. Aux yeux de Mme Homans, une entrée partielle en Bourse constitue un autre aspect de la problématique, même si elle se pose des questions sur l'impact de la durée de vie des intercommunales (18 ans) sur le cours des actions et sur l'accès à ces actions. "Si vous autorisez l'accès en Bourse, autoriserez-vous que tout le monde y ait accès, mais pas les Chinois? ", a-t-elle ajouté, faisant allusion à la saga concernant Eandis, et à l'entrée dans le capital de l'entreprise d'Etat chinoise State Grid.