En tant que Wallon, vous voulez former un gouvernement arc-en-ciel (socialistes, libéraux, écologistes). Vous avez raison. Les résultats électoraux en Wallonie vous y contraignent. Mais quand même: du côté flamand, cette coalition arc-en-ciel n'a pas de majorité. Davantage encore : il y a de grande chance que la politique menée par cet arc-en-ciel ne soit pas du tout du goût des Flamands. Le risque d'un retour de flammes est inévitable en 2024.

Je suis convaincu, monsieur Magnette, qu'une telle coalition arc-en-ciel provoquerait précisément le contraire de ce que vous souhaitez. Vous pourriez gouverner de façon joyeuse pendant quatre ans et demi. Oui, vous donneriez l'impression qu'il n'y a aucun problème structurel en Belgique. Mais en niant le problème, vous risqueriez de le rendre plus grave encore.

L'arc-en-ciel est le chemin le plus court vers le séparatisme. Les nationalistes flamands vous en seraient reconnaissants. En 2024, la chance serait très grande que l'on se retrouverait le dos au mur au bu des résultats électoraux en Flandre. La N-VA et le Vlaams Belang, en profitant de leur travail dans l'opposition fédérale, pourraient gouverner ensemble au niveau flamand et devenir incontournable au fédéral. Et tout cela, grâce à l'arc-en-ciel...

Cher monsieur Magnette, la structure belge, tel qu'elle découle de six réformes de l'Etat, est un obstacle à une bonne gestion. Cela prend beaucoup trop de temps pour former un gouvernement fédéral à des moments où les changements arrivent à grande vitesse. Les gouvernements qui sont finalement formés minorisent une partie du pays ou s'ensablent dans une politique centriste qui ne résout rien.

Votre tâche, monsieur l'informateur, est de constater si les responsables politiques de ce pays peuvent encore réussir à porter une vision d'avenir commune pour la Belgique. Comment éviterons-nous les prochains blocages? Comment générerons-nous les réformes indispensables ? Comment, tout simplement, ferons-nous en sorte qu'une politique ambitieuse puisse être menée?

Il est temps que l'on prenne au sérieux les différences qui existent dans ce pays et qu'on les traite. Aujourd'hui, la Belgique se trouve au bord de l'effondrement. L'arc-en-ciel serait un grand pas en avant dans cette direction."