Je pense que votre approche - à savoir partir d'un biais différent pour considérer d'abord les besoins du pays, mais en ayant l'intelligence de faire fi de ce que le populisme ambiant a fait croire à la population, lui faisant pour une part grandissante voter un peu n'importe quoi - est une approche qui mérite certainement une itération supplémentaire. Si cela ne fonctionne pas et que nous devions retourner aux urnes, il faudra peut-être oser repenser le modèle démocratique actuel. J'ignore de quelle façon, mais elle devra intégrer une conscience individuelle bien mieux informée. A défaut, nous irions vers une polarisation encore plus accentuée des choix électoraux. De toute façon, une crise aiguë s'impose aujourd'hui pour faire bouger les positions."