Mais en l'espèce, ce qui se joue n'est pas une énième partie de poker menteur entre chefs de partis, c'est un choix de société qui engage les générations futures. Monsieur Magnette, vous devez amener le plus de monde possible à la hauteur des enjeux qui se posent.

Hélas, la musique de fond qu'on entend dans les médias et l'opinion publique, c'est que si les partis n'arrivent pas à trouver une solution, PS et N-VA en tête, c'est parce qu'ils manquent de courage et/ou de pragmatisme. Si chacun mettait un peu d'eau dans son vin ... La droite et la gauche, c'est dépassé, etc. La vérité est tout autre : la Belgique se trouve face à une bifurcation historique, la plus importante peut-être de son histoire depuis 1945 : soit la fuite en avant néolibérale et sécuritaire incarnée par le gouvernement précédent se poursuit, avec des conséquences irréversibles sur la cohésion sociale, la démocratie et l'unité du pays ; soit les forces politiques, sociales, économiques arrivent à conclure un nouveau Pacte social et écologique, à condition d'inverser les politiques actuellement menées.

Votre défi, c'est de convaincre que le prochain gouvernement, quelle que soit la majorité, devra relever trois défis colossaux : (1) sauver la Sécurité sociale (12 milliards € de déficit à l'horizon 2024, creusé par la politique irresponsable de définancement du gouvernement Michel) ; (2) entamer la transition environnementale (exigée à cor et à cri par nos jeunes) ; (3) restaurer l'État de droit (justice, police, fiscalité, services publics).

Nous n'allons pas droit dans le mur : nous sommes dans le mur ! L'enjeu, c'est : comment sortir du mur ? Monsieur l'informateur royal, vous devez essayer de faire de votre mission l'occasion d'une prise de conscience collective. Avec trois balises :

  1. Être pédagogique, transparent à l'égard de l'opinion publique. Expliquer l'importance et l'urgence des enjeux : c'est un choix de civilisation, pas un petit jeu d'intrigues politiciennes ;
  2. Ouvrir le débat à d'autres interlocuteurs que les partis : corps intermédiaires, milieux économiques, académiques, société civile ;
  3. Le plus difficile : convaincre les familles libérale et chrétienne qu'à force de casser l'État social et l'État de droit, elles scient la branche sur laquelle elles sont assises ...

Vous devez convaincre nos concitoyens que l'enjeu n'est pas : le PS avec ou sans la N-VA ?, mais : un nouveau Pacte social est-il encore possible ? Même au risque de nouvelles élections ...