Elle souligne la responsabilité collective de l'échec électoral et insiste sur le fait qu'au cours des trois dernières années il y a eu très peu de débat au sein des groupes parlementaires. "Il y avait les béni oui-oui, les taiseux, ceux qui nient la réalité de l'électorat et ceux qui se plaignaient toujours mais sans sortir des réunions de parti", écrit-elle.

Et Mme De Schamphelaere d'insister qu'il y a eu peu de résistance ou de protestation contre le fait qu'il n'y avait pas d'avancée institutionnelle notoire et que la réforme approfondie de l'Etat tant attendue etait toujours reportée.

Elle appelle le prochain gouvernement de son parti à veiller avant tout à préserver la démocratie interne du parti afin d'éviter à nouveau de s'éloigner de l'électeur et de ses attentes.

Mia De Schamphelaere qui était 5eme sur la liste du CD&V pour la Chambre dans la province d'Anvers, n'a pas été réélue le 13 juin dernier.

Le Vif.be, avec Belga

Elle souligne la responsabilité collective de l'échec électoral et insiste sur le fait qu'au cours des trois dernières années il y a eu très peu de débat au sein des groupes parlementaires. "Il y avait les béni oui-oui, les taiseux, ceux qui nient la réalité de l'électorat et ceux qui se plaignaient toujours mais sans sortir des réunions de parti", écrit-elle. Et Mme De Schamphelaere d'insister qu'il y a eu peu de résistance ou de protestation contre le fait qu'il n'y avait pas d'avancée institutionnelle notoire et que la réforme approfondie de l'Etat tant attendue etait toujours reportée. Elle appelle le prochain gouvernement de son parti à veiller avant tout à préserver la démocratie interne du parti afin d'éviter à nouveau de s'éloigner de l'électeur et de ses attentes. Mia De Schamphelaere qui était 5eme sur la liste du CD&V pour la Chambre dans la province d'Anvers, n'a pas été réélue le 13 juin dernier. Le Vif.be, avec Belga