"Il est parfaitement inutile d'envoyer des rappels. Je vous informerai immédiatement dès qu'une autre décision sera prise dans le dossier. Si vous n'avez plus eu de communication pendant six mois, vous êtes autorisé à envoyer un rappel. Dans ce cas, veuillez signaler clairement la mention "rappel" et certainement notre numéro de système sur votre demande !" peut-on lire dans la réponse envoyée aux victimes publiée par la VRT.

Hans Rieder, l'avocat de l'une des victimes, a exprimé son indignation face au traitement des victimes à la VRT : "Nous ne comprenons absolument pas. Premièrement parce que l'enquête dure depuis quatre ans et deuxièmement parce que selon nous il s'agit d'une affaire techniquement relativement simple".

Le procureur du parquet d'Hal-Vilvorde admet la teneur choquante de la lettre. "Il y a beaucoup de gens qui nous demandent un état des lieux dans ce dossier. Malheureusement, nous sommes trop peu nombreux pour leur donner une réponse individuelle" a-t-il déclaré au quotidien De Standaard. "Mais ce n'est pas la bonne façon de communiquer". Freyne ajoute qu'il compte faire analyser les documents standard envoyés par le parquet.

"Il est parfaitement inutile d'envoyer des rappels. Je vous informerai immédiatement dès qu'une autre décision sera prise dans le dossier. Si vous n'avez plus eu de communication pendant six mois, vous êtes autorisé à envoyer un rappel. Dans ce cas, veuillez signaler clairement la mention "rappel" et certainement notre numéro de système sur votre demande !" peut-on lire dans la réponse envoyée aux victimes publiée par la VRT. Hans Rieder, l'avocat de l'une des victimes, a exprimé son indignation face au traitement des victimes à la VRT : "Nous ne comprenons absolument pas. Premièrement parce que l'enquête dure depuis quatre ans et deuxièmement parce que selon nous il s'agit d'une affaire techniquement relativement simple". Le procureur du parquet d'Hal-Vilvorde admet la teneur choquante de la lettre. "Il y a beaucoup de gens qui nous demandent un état des lieux dans ce dossier. Malheureusement, nous sommes trop peu nombreux pour leur donner une réponse individuelle" a-t-il déclaré au quotidien De Standaard. "Mais ce n'est pas la bonne façon de communiquer". Freyne ajoute qu'il compte faire analyser les documents standard envoyés par le parquet.