Les syndicats du personnel des prisons avaient déposé mardi dernier un préavis de grève de 24 heures pour le 6 mars, conformément aux nouvelles règles encadrant la concertation sociale et le service minimum. Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) avaient annoncé lundi passé que ces règles seraient désormais appliquées, au grand dam des organisations syndicales. Un comité de concertation a eu lieu ce lundi mais sans parvenir à un accord. Pour Eddy De Smedt, secrétaire du Syndicat libre de la fonction publique (VSOA/SLFP), il y a "une confusion générale" sur les instructions données à l'administration pour l'exécution du service minimum. Eddy De Smedt critique entre autres la manière dont les membres du personnel doivent faire connaître leur intention de grève.

"Il n'est mentionné nulle part que les gardiens doivent avoir un téléphone portable ou une adresse électronique. Cela démontre une fois de plus un manque total de respect pour le personnel". La grève de 24 heures, qui s'étendra de jeudi 22h00 à vendredi 22h00, se poursuivra donc cette semaine, selon Eddy De Smedt. Les autres syndicats suivront le mouvement. "Rien n'a été proposé", a déclaré Gino Hoppe (ACOD/CGSP) au terme de la concertation lundi. Frank Conings (ACV/CSC) regrette également le manque de clarté.

Les syndicats du personnel des prisons avaient déposé mardi dernier un préavis de grève de 24 heures pour le 6 mars, conformément aux nouvelles règles encadrant la concertation sociale et le service minimum. Le ministre de la Justice Koen Geens (CD&V) avaient annoncé lundi passé que ces règles seraient désormais appliquées, au grand dam des organisations syndicales. Un comité de concertation a eu lieu ce lundi mais sans parvenir à un accord. Pour Eddy De Smedt, secrétaire du Syndicat libre de la fonction publique (VSOA/SLFP), il y a "une confusion générale" sur les instructions données à l'administration pour l'exécution du service minimum. Eddy De Smedt critique entre autres la manière dont les membres du personnel doivent faire connaître leur intention de grève. "Il n'est mentionné nulle part que les gardiens doivent avoir un téléphone portable ou une adresse électronique. Cela démontre une fois de plus un manque total de respect pour le personnel". La grève de 24 heures, qui s'étendra de jeudi 22h00 à vendredi 22h00, se poursuivra donc cette semaine, selon Eddy De Smedt. Les autres syndicats suivront le mouvement. "Rien n'a été proposé", a déclaré Gino Hoppe (ACOD/CGSP) au terme de la concertation lundi. Frank Conings (ACV/CSC) regrette également le manque de clarté.