La nouvelle plateforme de lutte contre le terrorisme que les deux services de renseignements mettent en place actuellement améliorera le flux d'information. "De cette manière, les analystes des deux services recevront systématiquement tous les rapports de renseignement dans leur état brut", explique le ministre Reynders. De graves manquements relatifs au partage d'informations ont été relevés dans un affaire datant de 2015. Mais aussi dans une concernant Abdelhamid Abaaoud aperçu par des soldats en Belgique trois mois et demi avant les attentats terroristes à Paris, dans lesquels il a joué un rôle clé. Or le rapport de la patrouille à ce sujet n'a été communiqué qu'à la police fédérale et aux services de renseignements militaires - qui n'ont pris aucune mesure concrète- et pas à la Sûreté de l'État et à l'organe antiterroriste Ocam. Un fait "dommage" selon le ministre, auquel l'établissement de la nouvelle plateforme devrait remédier.

La nouvelle plateforme de lutte contre le terrorisme que les deux services de renseignements mettent en place actuellement améliorera le flux d'information. "De cette manière, les analystes des deux services recevront systématiquement tous les rapports de renseignement dans leur état brut", explique le ministre Reynders. De graves manquements relatifs au partage d'informations ont été relevés dans un affaire datant de 2015. Mais aussi dans une concernant Abdelhamid Abaaoud aperçu par des soldats en Belgique trois mois et demi avant les attentats terroristes à Paris, dans lesquels il a joué un rôle clé. Or le rapport de la patrouille à ce sujet n'a été communiqué qu'à la police fédérale et aux services de renseignements militaires - qui n'ont pris aucune mesure concrète- et pas à la Sûreté de l'État et à l'organe antiterroriste Ocam. Un fait "dommage" selon le ministre, auquel l'établissement de la nouvelle plateforme devrait remédier.